20 Minutes : Actualités et infos en direct
Jeux olympiquesA Teahupoo, les JO toujours bienvenus, mais sous conditions

JO de Paris 2024 : « Que ça se fasse proprement »… A Teahupoo, les Jeux toujours bienvenus, mais sous conditions

Jeux olympiquesAlors que des doutes subsistent quant à la possibilité d’organiser l’épreuve de surf des Jeux olympiques à Teahupoo, à Tahiti, les Polynésiens ne souhaitent pas que l’événement déménage
A Teahupoo, la tour des juges présente lors du Tahiti Pro ne devrait pas être réutilisée.
A Teahupoo, la tour des juges présente lors du Tahiti Pro ne devrait pas être réutilisée. - AFP / AFP
Antoine Huot de Saint Albin

Antoine Huot de Saint Albin

L'essentiel

  • Des tests en vue de travaux pour installer une tour des juges dans le lagon de Teahupoo ont détruit des coraux, provoquant la colère des défenseurs de l’environnement.
  • Le mythique spot tahitien pourra-t-il vraiment accueillir l’épreuve de surf des JO ?
  • Selon la présidente de l’association Vai Ara o Tehaupoo, Teahupoo peut accueillir les Jeux si les organisateurs acceptent de faire des concessions.

Il n’y a pas que la pluie qui tombe depuis plusieurs semaines à Tahiti, provoquant inondations et évacuations. Un flot immense de critiques s’abat également sur l’organisation de l’épreuve de surf des Jeux olympiques, prévue à Teahupoo. Une vague mythique, dans un endroit paradisiaque, que demander de plus ? Respecter l’écosystème, peut-être. Oui, car en voulant installer une nouvelle tour des juges au milieu du lagon, les organisateurs ont décidé de sacrifier quelques coraux sur l’autel de l’olympisme.

Et ce n’est pas le test prévu vendredi dernier par les organisateurs, avant de lancer les travaux pour installer cette fameuse tour, qui a rassuré tout le monde. Enfin, un test… « Ils ont décidé de faire un prétest en catimini sans prévenir qui que ce soit, la veille de la sortie officielle prévue pour les tests avec les associations, détaille Cindy Otcenasek, présidente de l’association de défense de l’environnement Vai Ara o Tehaupoo et membre du collectif Mata Ara ia Teahupoo 2024. Ce test s’est avéré être un fiasco puisque leur entêtement à faire passer une barge a détruit du corail sur son passage. »

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

« Comme des bourrins »

« Ils y sont allés comme des bourrins, illustre Michaël Vautor, patron de Teahupoo Excursion Taxi Boat, qui amène touristes et surfeurs sur LA vague. Ils auraient dû prendre un pilote local, prévenir les associations, pas faire ça dans le dos de tout le monde et se pointer avec une barge qui a un tirant d’eau beaucoup trop fort. » Résultat, les travaux, qui devaient commencer lundi, ont été reportés sous les vivats de la Fédération internationale de surf, et la grogne s’est intensifiée, notamment chez les protecteurs de l’environnement, certains évoquant même la possibilité que l’épreuve ne se dispute pas à Teahupoo ou, pire, pas à Tahiti.

Une hypothèse renforcée par les propos de Moetai Brotherson, le président de la Polynésie française, sur le plateau de TNTV : « Si, au final, il n’y a pas de solution, il faudra se poser la question de la pérennité de ces épreuves de surf à Teahupoo. » Il n’en fallait pas plus pour que l’alerte ne résonne dans les villes qui s’étaient portées candidates à accueillir l’épreuve : Hossegor (Landes), Lacanau (Gironde), Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) et La Torche (Finistère).

« L’état d’esprit, c’est de dire, si on a candidaté, c’est qu’on voulait ces Jeux, nous explique Stéphane Le Doaré, maire de Pont-L’Abbé et président de la communauté de communes du Pays Bigouden Sud. J’aimerais bien, si tant est qu’il faille trouver un plan B, que le Cojo nous appelle rapidement, parce que je ne suis même pas sûr qu’en cinq six mois, ce soit techniquement faisable. On peut regarder, mais il faut nous le dire sous dix jours. Après, ça ne sera pas techniquement possible. On est sans doute le site, au niveau empreinte carbone et respect de la nature qui se rapproche le plus de Teahupoo. » »

Trop d’enjeux pour ne pas se faire à Tahiti

Les Bretons devraient bien voir la flamme olympique, mais ça sera le 7 mai. Pour l’épreuve de surf, ça semble bien plus compliqué. Non que La Torche manque d’atouts, on aimerait bien y partir en vacances, mais abandonner Teahupoo représenterait un camouflet énorme pour Paris 2024, en plus de ne pas être le souhait de la majorité des Polynésiens. « Dans l’ensemble, chez les élus et les Tahitiens, il y a une volonté de continuer à accueillir les JO, mais il y a un gros bémol sur la façon de faire, assure Michaël Vautor. Le coup de la barge, ce n’était pas génial. On est contents de recevoir les JO, mais on veut que ça se fasse proprement. »

C’est un peu le leitmotiv de l’association Vai ara o Teahupoo et du collectif Mata ara ia Teahupoo 2024, qui protestent ardemment contre cette nouvelle tour des juges et ont proposé plusieurs solutions, avec rapport d’études techniques rédigé par un bureau d’études agréé et études pressiométriques à la clé. « Teahupoo peut accueillir ces jeux si les organisateurs acceptent de monter leur tour en alu à terre, développe Cindy Otcenasek. Ou bien acceptent de réutiliser les fondations existantes [qui servent pour la Tahiti Pro, l’épreuve de coupe du monde]. Nous gardons espoir que Paris 2024 et le CIO fassent preuve de compéhension. »

D’autant que, au-delà de la tour des juges, d’autres travaux importants ont déjà été réalisés en vue d’accueillir cette épreuve olympique, comme le développement de la marina, et les locaux se sont aussi investis. « Ça fait un an et demi, deux ans que les gens se préparent. On va avoir 300 personnes membres du staff des JO qui vont être hébergées chez l’habitant, donc les gens ont développé leurs maisons. Ce sont des investissements faits par les locaux qui ne sont pas négligeables. Faut pas que ça parte à la poubelle. »

Un souhait aussi formulé par Tetuanui Hamblin, maire de Taiarapu Ouest, commune dont dépend Teahupoo, sur TNTV : « Il faut voir toute la population qui s’est préparée. Ceux qui ont investi pour pouvoir accueillir les gens, les maisons qui ont été louées. Si on annule ces JO, je ne sais pas comment ils vont réagir. Il y a un proverbe qui dit : “Tout est possible à celui qui croit.” J’espère que la tour sera mise en place. Il y a encore des préparations à faire au niveau de la sécurité et de l’aménagement pour ce grand jour. » Comme un écran géant pour voir l’épreuve de surf se dérouler à La Torche ?

Sujets liés