Meurthe-et-Moselle : Une défaite 40-0, 186 buts encaissés en vingt matchs... Mais quelle est cette équipe qui enchaîne les taules ?

FOOT AMATEUR Les seniors de l'Association sportive Rehainviller-Hériménil, en Meurthe-et-Moselle, ont pris la branlée du siècle le week-end dernier : 40-0. Comment ? Pourquoi ? On vous raconte

Thibault Gagnepain
— 
On ne peut pas gagner tous les matchs, mais quand même (illustration).
On ne peut pas gagner tous les matchs, mais quand même (illustration). — G. Varela / 20 Minutes
  • Depuis le début de la saison, les seniors de l’Association sportive Rehainviller-Hériménil, en Meurthe-et-Moselle, enchaînent les déculottées. Dernier exemple dimanche avec une fessée 40-0 à Champigneulles.
  • Mais comment ont-ils pu en arriver là ? « Ça faisait deux ans que l’équipe aurait dû descendre en D2 mais avait été sauvée. J’étais venu pour créer quelque chose sauf que je ne m’attendais pas à ça », explique leur entraîneur à 20 Minutes.
  • Dimanche dernier, ils n’étaient que 8 sur le terrain. Dont « un blessé qui joue sur une jambe et souffre des ligaments croisés ».

Avis aux parieurs : au prochain match de l’Association sportive Rehainviller-Hériménil, mettez le paquet sur leurs adversaires ! « Ce sera minimum une défaite 5-0 », prévoit déjà l’entraîneur de cette équipe qui évolue en Division 1 du district de Meurthe-et-Moselle.

Christophe Barré préfère s’en amuser. Depuis le début de la saison, son groupe « prend des pilules tous les dimanches ». Dernière en date ce 15 mai avec une fessée déculottée 40-0 à Champigneulles. Oui, 40-0. « Ça doit un record, je ne sais pas si c’était déjà arrivé », sourit encore le technicien, qui avait pourtant déjà vécu quelques déconvenues depuis son arrivée l’été dernier. « Ça faisait deux ans que l’équipe aurait dû descendre en D2 mais avait été sauvée. J’étais venu pour créer quelque chose sauf que je ne m’attendais pas à ça. »

Dès la première journée de championnat, ses ouailles encaissaient un 11-0 à domicile contre Lunéville. Un 7-0, 11-1, 14-0, 11-0, 8-0, 21-0 ou deux 9-0 ont depuis suivi. « On en est à 186 buts encaissés (pour 8 marqués) en 20 journées. On est un peu la risée », reprend le technicien, toujours en préférant en sourire. Car ses joueurs ont des circonstances atténuantes. Enfin, ceux qui viennent encore disputer les matchs.

A huit sur le terrain avec un blessé

Dimanche dernier, ils n’étaient ainsi que huit sur le terrain. Dont « un blessé qui joue sur une jambe et souffre des ligaments croisés ». Mais, sans lui, le club aurait dû déclarer forfait. Et donc payer les amendes qui vont avec. « Malgré tout ça, ils sont allés au bout de la rencontre et c’est tout à leur honneur. Notre adversaire l’a salué en leur faisant une haie d’honneur », explique encore le quinquagénaire, également « fier de [ses] huit combattants ». Pas forcément des autres licenciés qui ne viennent plus au match

Pourtant, en début de saison, l’effectif était suffisant. Mais à force de prendre des taules tous les week-ends, beaucoup se sont découragés. « Ils préfèrent rester chez eux ». Résultat, l’équipe réserve de D3 a été arrêtée à la trêve et de nombreux éléments qui la composaient ont été promus. « Mais certains commençaient le foot. J’ai dû leur apprendre à faire des touches et la règle du hors-jeu par exemple », retrace Christophe Barré, sans leur en vouloir. « C’est que du foot, je suis resté pour les anciens. »

Le calvaire est bientôt fini. Plus que deux journées et Rehainviller-Hériménil sera relégué. Pour repartir avec quelle équipe et à dans quelle division ? L’entraîneur, qui vient de Pont-à-Mousson chaque semaine, ne sera plus là. « Le président est quand même content de moi et va me faire une lettre de recommandation. » Il pourra aussi rappeler que l’entente a gagné un match cette année : 2-1 à Fléville mi-septembre.