Girondins de Bordeaux : Koscielny négocie son départ, Petkovic sous pression

FOOTBALL Le club souhaite trouver un accord à l’amiable pour se séparer de son capitaine

Clément Carpentier
— 
Laurent Koscielny, le défenseur et capitaine des Girondins de Bordeaux.
Laurent Koscielny, le défenseur et capitaine des Girondins de Bordeaux. — Romain Perrocheau / AFP
  • Les Girondins de Bordeaux s’enfoncent chaque jour un peu plus dans la crise.
  • Pour tenter de redresser la barre, le club a décidé d’écarter deux joueurs (Zerkane et Baysse) et souhaite mettre fin au contrat de Laurent Koscielny, son capitaine.
  • Dans ce marasme ambiant, Vladimir Petkovic est toujours là. Mais la situation de l’entraîneur bordelais est de plus en plus tendue. Il n’a plus le droit à l’erreur.

Cela s’appelle secouer le cocotier ! Et pas qu’un peu. Voilà ce que fait depuis deux jours Admar Lopes, le directeur technique des Girondins de Bordeaux. Le big boss du sportif a décidé de frapper du poing sur la table alors que le club n’en finit plus de couler (17e de Ligue 1 avec trois victoires en 20 matchs) et vient de subir une défaite historique face à l’OM (0-1). Et cela n’épargne personne, même pas le capitaine de l’équipe et ancien international français,  Laurent Koscielny.

Le défenseur est aujourd’hui poussé vers la sortie. S’il n’a pas été mis à l’écart, Laurent Koscielny a entamé ces dernières heures des négociations avec le club pour trouver un accord à l’amiable. A l’instant T, il s’entraîne toujours avec le groupe professionnel : « On va voir au jour le jour et notamment comment les négociations se passent », affirme un proche du dossier. Il pourrait même encore porter le maillot des Girondins dimanche prochain (13h) à Rennes. En revanche, cela ne sera plus le cas après le 31 janvier et la fin du mercato. Il y a aujourd’hui plusieurs scénarios sur la table : il trouve un accord à l’amiable avec le club et résilie son contrat, il accepte sa reconversion au sein du club avec six mois d’avance, ou il quitte les Girondins pour un autre club. A 36 ans, il n’ira pas au bout de son contrat. Derrière cette négociation, il y a aussi la volonté de la direction de se séparer du plus gros salaire du club.

Les soldes d’hiver

Ce mardi, les deux seuls joueurs écartés du groupe pro restent Paul Baysse et Medhi Zerkane. Pour le premier, c’est un problème de confidentialité qui serait à l’origine de sa mise à l’écart. Le défenseur, qui revenait tout juste d’une rupture des ligaments croisés, a simplement indiqué sur son compte Twitter : « Quand tu veux tuer ton chien, tu dis qu’il a la rage ». Ambiance. Pour le second, c’est un manque de professionnalisme que lui reproche le club et notamment le fait d’avoir tout bonnement refusé de jouer en Coupe de France malgré deux tests négatifs au Covid-19 alors que le club était touché par plusieurs cas positifs, précise  L’Equipe.

D’autres joueurs sont aussi invités à se trouver une porte de sortie : Samuel Kalu, Josh Maja et Otavio. Tous les trois ne font plus partie du projet de la nouvelle direction et sont poussés dehors. Selon les informations de 20 Minutes, le premier devrait rapidement quitter le club. Les Girondins de Bordeaux et Watford sont tout proches d’un accord. L’attaquant nigérian pourrait rejoindre l’actuel 17e de Premier League contre la somme de 3 ou 4 millions d’euros.

Petkovic n’a plus beaucoup de cartouches

Dans ce grand vide-grenier, où en est Vladimir Petkovic, l’entraîneur des Marine et Blanc ? Alors que son collègue des féminines, Patrice Lair, a été remercié ce mardi selon Sud Ouest, peut-il lui aussi prendre la porte ? Pour l’instant, il garde le soutien de sa direction. Mais celui-ci est de moins en moins fort. Alors qu’il y a quelques semaines Gérard Lopez, lui-même, avait affirmé que la question de son remplacement ne se posait pas, la donne a un peu changé. Aujourd’hui, l’ancien sélectionneur de la Suisse est clairement sous pression. Sa position risque de devenir très vite intenable en cas de nouveaux mauvais résultats à Rennes dimanche et surtout contre Strasbourg et Reims.