France - Allemagne : Faites place à Pogba Ier, empereur des Français et bourreau de la Mannschaft

FOOTBALL Le milieu de terrain de l'équipe de France à réussi une entrée en matière d'un niveau rarement vu à un tel stade de la compétition, et ce n'est que le début 

Aymeric Le Gall

— 

Pogba a été élu homme du match mardi soir contre l'Allemagne.
Pogba a été élu homme du match mardi soir contre l'Allemagne. — FRANCK FIFE / AFP
  • L’équipe de France a parfaitement réussi son entrée en lice dans cet Euro 2021, avec une belle victoire (1-0) face à l’Allemagne, à l’Allianz Arena de Munich.
  • Logiquement élu homme du match, Paul Pogba a livré une prestation XXL au milieu du terrain.
  • S’il reste sur de tels standards pour la suite de la compétition, les Bleus ont de quoi se pourlécher les babines.

De notre envoyé spécial à Munich,

Au moins, vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous avait pas prévenu. Même si on ne prenait pas trop de risques non plus en choisissant de mettre Paul Pogba à l’honneur avant ce choc France-Allemagne, qui a tenu toutes ses promesses et un peu plus encore mardi soir, le milieu de terrain des Bleus a quand même réussi à dépasser nos espérances les plus extravagantes. Dans une Allianz Arena tout heureuse de retrouver du public et de la ferveur, le futur ex-Mancunien est venu rappeler au monde entier quel formidable joueur de football il était.

Il y a trois ans, en Russie, il était passé à côté de son sujet en ouverture avant de monter petit à petit en puissance et de terminer en apothéose sous le déluge moscovite. Mais bon, vous comprenez, c’était l’Australie. « Là c’est l’Allemagne direct ! », avait-il clamé jeudi dernier à Clairefontaine, avec le sourire malicieux de celui qui sait qu’il a prévu de tout casser. Et c’est ce qu’il a fait mardi soir. Les chiffres parlent d’eux-mêmes, autant que ce titre de « man of the match » annoncé par le speaker de l’Allianz Arena et salué par les vivats des 2.000 supporters français présents à Munich. 78 ballons touchés, le meilleur total côté tricolore, 20 duels remportés, soit onze de plus que le deuxième meilleur français Benjamin Pavard, douze ballons récupérés, trois fois plus que Rabiot, sur la seconde marche du podium, et trois interceptions. Vous voulez un soin ?

Hummels s’est senti obligé de conclure le chef-d’œuvre

Mais si les chiffres ont pour eux leur implacable précision, ils ne disent en revanche pas grand-chose de l’impression de facilité dégagée depuis les tribunes par Pogbadaboum tout au long de la rencontre, de cette aisance technique au seuil de l’insolence, ni de ce toucher de balle qui rend heureux les ballons (et les coéquipiers). Comme sur cette galette du plat du pied droit distillée d’entrée de jeu à Karim Benzema​, dont le contrôle poitrine un chouïa trop long n’aura pas permis de transformer en but. Mais le plus beau restait à venir, avec cette ouverture en diagonale caressée de l’extérieur du droit et à l’origine du csc de Mats Hummels. Il aurait d’ailleurs été criminel de la part du défenseur central allemand de ne pas terminer cette action hors du temps par un but. A-t-on déjà vu Léonard de Vinci rendre un tableau à moitié terminé ?

On aurait pu tout aussi bien vous parler de son leadership sur le terrain tout au long de la rencontre, à replacer, encourager, haranguer ses coéquipiers jusqu’à la dernière minute, mais restons sur le jeu si vous le voulez bien car c’est finalement là qu’il a été le plus impressionnant face aux Allemands. Quand il est dans cette forme physique et mentale, on se demande bien ce qui peut l’arrêter. Pas Antonio Rüdiger en tout cas. Fatigué d’essayer avec la tête et les pieds, celui qui avait promis de faire sale à cette équipe de France en conférence de presse d’avant match a fini par y aller avec les canines. Peut-on seulement lui en vouloir ? Que celui qui n’a jamais eu envie de croquer son pote de five trop fort pour lui, lui jette la première pierre. On aurait beaucoup aimé avoir le ressenti de Pogba après ce geste, hideux, de dépit, mais dans le foot du Covid, les zones mixtes sont en phase d’extinction.

En Bleu, le collectif avant tout

On se rabat alors sur les déclas du Mancunien au micro de M6 après la rencontre, sans qu’il soit fait mention de l’épisode de la morsure. Interrogé sur sa masterclass, l’ancien Turinois a botté en touche préférant se focaliser avant tout sur « la prestation d’équipe, c’est ça le plus important. » « Sans eux, vraiment, je n’aurais peut-être pas été aussi performant parce qu’ils m’ont aidé, ils ont tous poussé, on a tous fait des efforts et cette victoire est vraiment pour tout le monde, a-t-il modestement déclaré. Pas seulement ceux qui sont sur le terrain, ceux qui sont sur le banc et ceux qui étaient dans les tribunes à nous supporter ».

C’est peut-être ça aussi qui fait de la Pioche un être si particulier en équipe de France. Quand, à Manchester, les médias et les supporters lui reprochent de jouer la superstar et de vouloir souvent trop en faire, en Bleu le milieu de terrain ne se met jamais en avant et œuvre avant tout pour le collectif. Ce qui est sûr, c’est qu’après une telle entrée en matière, ses futurs adversaires portugais et hongrois doivent gentiment commencer à se faire des cheveux blancs. Il faudrait être sans cœur pour ne pas les comprendre.