Coronavirus à Lyon : L'OL pourrait économiser jusqu'à 6,5 millions d'euros grâce à la baisse des salaires de ses joueurs

FOOTBALL Le club lyonnais, qui propose à ses joueurs de renoncer à une partie de leur salaire, en échange d’actions de l’entreprise, a chiffré lundi entre 0,7 million et 6,5 millions d'euros l’économie attendue

J.Lau. avec AFP

— 

Jean-Michel Aulas, ici durant le 8e de finale de Coupe de France disputé la semaine passée à Saint-Ouen contre le Red Star.
Jean-Michel Aulas, ici durant le 8e de finale de Coupe de France disputé la semaine passée à Saint-Ouen contre le Red Star. — CHRISTOPHE SAIDI/SIPA

Face à la crise du Covid-19, la « mesure novatrice » proposée depuis février par l'OL à l’ensemble de ses acteurs sportifs, à savoir joueurs, joueuses, staffs et encadrement, va-t-elle porter ses fruits ? Le club présidé par Jean-Michel Aulas, qui permet à ses joueurs de renoncer à une partie de leur salaire en échange d’actions de l’entreprise, vient de chiffrer entre 0,7 million et 6,5 millions d’euros l’économie attendue.

Le montant le plus élevé est toutefois purement théorique puisqu’il serait atteint si « tous les résultats sportifs optimum étaient obtenus par les équipes professionnelles masculine et féminine et les primes afférentes intégralement payées en actions », précise OL Groupe, la holding du club, dans un communiqué publié lundi.

Entre 5 et 25 % des salaires convertis en actions d’OL Groupe

L’OL n’a de surcroît pas convaincu tous ses joueurs d’accepter ce mécanisme qui permet à l’entreprise, en cette période de fermeture des stades, de réduire ses charges tout en renforçant ses fonds propres. « Le groupe poursuit des discussions afin d’élargir le groupe concerné », précise-t-il toutefois.

L’OL propose à ses joueurs et membres de l’encadrement de convertir en actions entre 5 et 25 % de leurs salaires, à compter de février, et ce jusqu’à la réouverture des stades, espérée en juin. La mise en place de ce mécanisme implique le déclenchement de plusieurs petites augmentations de capital, dont le calendrier sera décidé par Jean-Michel Aulas.