PSG-Lille : C’est qui le plus fort entre Keylor Navas et Mike Maignan ?

FOOTBALL L'hippopotame ou l'éléphant version meilleurs gardiens de Ligue 1 

Nicolas Camus (avec François Launay)

— 

Keylor Navas et Mike Maignan, le match dans le match entre les deux meilleurs gardiens du championnat lors de PSG-Lille.
Keylor Navas et Mike Maignan, le match dans le match entre les deux meilleurs gardiens du championnat lors de PSG-Lille. — AFP / SIPA / Montage 20 Minutes
  • Le PSG reçoit le Losc, samedi, un match très important pour le titre entre le leader de la Ligue 1 et son dauphin.
  • Ces deux équipes, il n'y a pas de hasard, possèdent en Keylor Navas et Mike Maignan les deux meillleurs gardiens du championnat.
  • Se ressemblent-ils ? Lequel est le plus décisif ? Selon quels critères ? «20 Minutes» évalue le style et les performances des deux hommes.

On peut analyser le foot en regardant au microscope le nombre d’adversaires éliminés grâce à une passe par un joueur dans les 30 derniers mètres entre la 60e et la 73e minute, il restera toujours deux impondérables. Avec un attaquant qui plante et un gardien qui fait des arrêts, on gagne plus de matchs. Au poste de gardien de but, on peut dire que le PSG et le Losc, qui s’affrontent samedi dans un match qui vaut très cher pour la fin de saison, sont bien lotis. Keylor Navas (34 ans) et Mike Maignan (25 ans) sont sans contestation les deux meilleurs gardiens du championnat cette saison.

Peut-on dire, quand même, qu’il y en a un au-dessus de l’autre ? Se ressemblent-ils ? Lequel est le plus décisif ? Selon quels critères ? A la veille du choc au sommet de la Ligue 1,20 Minutes évalue le style et les performances des deux hommes. Avec le concours de l’ancien gardien du PSG Lionel Letizi, actuellement formateur à l’OGC Nice, et de Romain Damiano, premier formateur de Mike Maignan à la Jeunesse Sportive de Villiers-Le-Bel et qui continue à suivre assidûment son poulain.

Le décryptage du style

Letizi sur Navas : « Sa grosse qualité est qu’il efficace. Il n’est pas très grand, pas très explosif, mais il a vraiment un style à lui et il le maîtrise parfaitement. On sent que son premier objectif est de mettre son corps entre le ballon et le but, et peu importe la manière. Donc ce n’est pas toujours académique, mais il est redoutable. Il va très vite dans sa gestuelle, haut du corps comme bas du corps. Le domaine aérien n’est pas son point fort mais c’est aussi parce qu’il prend de l’âge. Il devait sortir plus quand il était jeune, mais en vieillissant on y va moins parce qu’on est un peu moins explosif. A Paris il a de très bons défenseurs devant lui, qui l’aident, donc pas besoin d’y aller. Je suis admiratif, en tout cas. C’est un gardien qui a été bon partout où il a joué, qui a gagné des titres. »

Navas en mode masterclass lors du match retour face au Barça en Ligue des champions.
Navas en mode masterclass lors du match retour face au Barça en Ligue des champions. - FRANCK FIFE / AFP

Damiano sur Maignan : « C’est vraiment le prototype du gardien moderne, avec un très bon jeu au pied. Il est capable de bien relancer et va très vite dans le jeu. L’une de ses qualités premières est de jouer vers l’avant, de vouloir attaquer tout de suite. C’est un gardien qui attaque. D’ailleurs il était attaquant quand je l’ai rencontré. Il a gardé ce côté offensif et il aime encore jouer dans le champ. Il a beaucoup progressé, avec notamment cette technique de mettre le genou en avant. L’arrêt qu’il fait devant Jovetic à la dernière minute du match contre Monaco [0-0, le 14 mars] m’a marqué. On a l’impression qu’il est concentré jusqu’à la dernière seconde, chose qu’on pouvait peut-être lui reprocher avant. Maintenant, il est décisif jusqu’au bout. On peut compter sur lui à n’importe quel moment du match. Il a la carrure des grands gardiens comme Neuer. Pour moi, il est dans cette lignée-là. Il dégage une vraie sérénité. »

Les stats

L’impression visuelle que ces deux gardiens dominent cette saison se vérifie dans les chiffres, fournis ici par le très complet site FBref et la LFP. On va essayer de ne pas en mettre 40, mais accrochez-vous quand même. Déjà, ce ne sont pas eux qui ont réalisé le plus d’arrêts en valeur absolue, mais rapporté au nombre de tirs subis, ils sont les plus efficaces, devant le Messin Oukidja, le Rennais Salin et le Lyonnais Lopes. En cliquant sur le deuxième graphique (en haut à droite), vous trouverez le pourcentage d’arrêts « difficiles » (en plongeant) par rapport au nombre total.

 
Efficacité
Infogram

Sur ce dernier point, net avantage toutefois au Parisien. Navas a réalisé 22 arrêts "difficiles" contre 19 pour Maignan, alors qu’il a disputé huit matchs de moins. Confirmation que le Costaricien est plus spectaculaire et prompt à réaliser des parades sur sa ligne. D’ailleurs, il est celui qui a « évité » le plus de buts à son équipe, devant le Lillois (il faut cliquer sur la petite flèche en bas à gauche).

 
Impact sur le score
Infogram

D’autres stats soulignent également leurs dissemblances, mises en avant par nos deux intervenants. Ainsi, Navas est plus prudent que son homologue. Sur les centres adverses, par exemple, il n’intervient que dans 3 % des cas, contre 9 % pour le Lillois. Et il ne sort que très peu de sa surface de réparation pour dégager un ballon ou couper une trajectoire. Dans ce domaine, avantage Maignan.

 
Sorties aériennes et défensives
Infogram

Lequel semble au-dessus ?

Romain Damiano : « Pour moi, Mike est largement au niveau de Navas aujourd’hui. A choisir, en tant que coach et en restant objectif, je préfère le prendre lui. Navas est plus spectaculaire dans ses arrêts mais Mike a un meilleur jeu au pied. Il est plus rassurant et il apporte offensivement. C’est le premier attaquant de son équipe. Navas est un très bon gardien de but, il fait des arrêts extraordinaires mais il participe moins au jeu. »

Mike Maignan autoritaire dans les airs face au PSG.
Mike Maignan autoritaire dans les airs face au PSG. - DENIS CHARLET / AFP

Lionel Letizi : « C’est un choix compliqué car ils n’appartiennent pas à la même génération. Maignan est un peu plus moderne, plus complet, plus explosif, plus jeune. Il a un jeu au pied extraordinaire, pied droit pied gauche, court ou long, il est parfait. Il participe plus, mais Navas a moins besoin de le faire avec Marquinhos ou Verratti qui sont là pour relancer. Lui fait des choses simples, un gardien n’est pas un numéro 10 et il l’a bien compris. C’est une marque d’intelligence. Donc… (il hésite)… Je ne sais pas ! (rires). Allez, je choisis l’efficace plutôt que le moderne. S’il faut gagner des titres je mets Navas. Il en a déjà gagné, et il a changé la vie du PSG depuis qu’il est arrivé, à un poste très exposé. Il a mis tout le monde d’accord. »