OL-PSG : Paris s’est-il trouvé une équipe « avec beaucoup de personnalité » grâce à ce récital à Lyon ?

FOOTBALL Les Parisiens tiennent (enfin) leur match référence en Ligue 1, après leur net succès (2-4) au Parc OL, dimanche, synonyme de retour au sommet

Jérémy Laugier

— 

Danilo Pereira a inscrit dimanche un (superbe) but avec le PSG.
Danilo Pereira a inscrit dimanche un (superbe) but avec le PSG. — Laurent Cipriani/AP/SIPA
  • Le PSG a marqué les esprits en l’emportant avec la manière (2-4), dimanche au Parc OL.
  • Ravi de cette performance, Mauricio Pochettino parvient actuellement à relancer des joueurs comme Danilo Pereira et Abdou Diallo.
  • Selon Kylian Mbappé, le PSG a joué « avec beaucoup de personnalité » son choc de Ligue 1 dimanche.

Au Parc OL,

Cette Ligue 1 est tellement folle qu’il a fallu attendre sept mois pour voir le PSG l’emporter contre une des quatre équipes de tête. Cette série noire d’un seul point récolté jusque-là, en quatre confrontations directes face au Losc, à l’OL et à l’AS Monaco, était forcément lourde de sens pour ce Paris-là. L’éclatant succès glané dimanche à Décines (2-4) l'est forcément tout autant, car les partenaires de Marquinhos retrouvent la tête du championnat pour la première fois depuis deux mois. Si bien qu’à huit journées de la fin, on a nettement plus de raisons d’imaginer le PSG assurer sa succession qu’après la piteuse défaite contre le FC Nantes (1-2) une semaine plus tôt.

Habituellement très mesuré, Mauricio Pochettino s’est même laissé aller à une certaine enflammade dimanche soir après sa victoire référence en Ligue 1, véritable pendant national de la démonstration du Camp Nou (1-4). « On a fait un très grand match, surtout pendant une heure, savoure l’ancien coach de Tottenham. Je veux vraiment féliciter mes joueurs parce que c’est très fort, ce qu’ils ont fait face à un rival qui avait eu toute la semaine pour préparer son match. » Un taclounet bien senti en direction de Rudi Garcia, dont le plan de jeu a autrement moins bien fonctionné qu’au Parc des Princes (0-1) en décembre.

Danilo Pereira et Abdou Diallo marquent des points

À l’époque, la triplette placée par Tuchel dans le cœur du jeu (Di Maria-Paredes-Verratti) avait souffert contre un trio Mendes-Aouar-Paqueta en pleine bourre. Le rapport de force s’est complètement inversé dimanche tant Danilo Pereira et Idrissa Gueye ont verrouillé la bataille du milieu. C’est même un match qui pourrait compter pour l’ex-taulier du FC Porto, à la peine depuis son transfert à Paris. Son remarquable but en demi-volée (0-2, 32e) est venu sublimer un match très solide de sa part. Autre joueur potentiellement dans sa meilleure forme depuis son retour en Ligue 1 en juillet 2019 : Abdou Diallo.

Installé comme latéral gauche à la place de Layvin Kurzawa, il se montre très rassurant et vraiment pas maladroit offensivement. Il symbolise lui aussi un groupe ne se résumant pas qu’aux incontournables Navas, Marquinhos, Kimpembe, Di Maria et Mbappé. Autant de satisfactions, auxquelles il convient d’ajouter un Moise Keane toujours plus généreux sur tout le front de l’attaque, qui ont également emballé Leonardo dimanche. « Aujourd’hui, on a une équipe qui est joueuse, et ce qu’on voit donne de l’optimisme, a confié le directeur sportif parisien sur Canal +. Je suis très content pour Mauricio, c’est très positif. »

« On va faire en sorte de ne plus laisser notre première place »

« On sait qu’on a eu des lacunes sur l’impact mis dans certains matchs et là, on a réussi à en mettre dès le début », souligne à raison Presnel Kimpembe, royal dans la zone d’un Memphis Depay éteint. Passes claquées à tout va, variétés de jeu et accélérations impitoyables devant avec un Kylian Mbappé très en vue, ce PSG avait bel et bien une allure de champion en puissance dans le Rhône. N’est-ce pas « Kyky » ?

« On reprend notre première place et on va faire en sorte de ne plus la laisser, annonce l’attaquant des Bleus. On savait que c’était un moment important du championnat, encore plus avec la défaite de Lille [1-2 contre Nîmes]. Nous sommes venus avec nos convictions de jeu, cette envie, et on a joué avec beaucoup de personnalité. » Tiens tiens, ce mot aurait récemment prêté à sourire dans une saison ultra-moyenne en Ligue 1 marquée par un nombre record de 7 défaites pour le PSG version QSI. Mais aucun Lyonnais n’avait envie de sourire dimanche, après le sérieux coup de clim subi de la part d’un groupe qui semble régénéré.