Droits TV : La LFP somme l’actionnaire de référence de Mediapro de régler l’addition

FOOTBALL La Ligue professionnelle de football a saisi le tribunal de commerce de Paris pour régler le litige qui l’oppose à Mediapro

A.L.G.

— 

Vincent Labrune, le nouveau président de la LFP.
Vincent Labrune, le nouveau président de la LFP. — FRANCK FIFE / AFP

Empêtrée dans un bourbier pas possible depuis l’annonce de Mediapro de ne pas payer la deuxième tranche de droits tv, la  LFP n’entend pas pour autant se laisser faire et compte bien faire valoir ses droits en justice. Ainsi, comme révélé par nos confrères de L’Equipe, la Ligue professionnelle de football a saisi le tribunal de commerce de Paris afin d’exiger de l’actionnaire de référence de Mediapro (la société Joye Media SL, basée à Madrid) l’activation de la garantie qui figure dans les contrats signés entre les deux parties.

Le document dit de « cautionnement solidaire » signé le 26 novembre 2018 contraint en effet la société Joye Media SL à se substituer à Mediapro Sport Francia en cas de défaut de paiement du principal diffuseur de la Ligue 1. Pour le moment pourtant, la caution solidaire de Jaume Roures, le patron de Mediapro, ne semble pas vouloir se presser pour répondre à ses obligations.

Une AG doit se tenir lundi

C’est pourquoi la LFP s’est retrouvée contrainte de contracter un prêt de 120 millions d'euros auxquels se sont ajoutés 50 autres millions (prélevés sur les fonds propres de la Ligue) afin de les verser en urgence aux quarante clubs français professionnels. Sans cela, beaucoup d’entre eux auraient été dans l’incapacité de verser les salaires de leurs joueurs. L’opération financière doit encore être validée lundi matin à l’occasion de l’AG de la LFP qui se tiendra par vidéoconférence.