L'Allemagne veut proposer à l'UEFA la mise en place d'un plafond salarial au niveau européen

FOOTBALL Très bonne idée (et bonne chance surtout)

N.C. avec AFP
— 
Les dirigeants du Bayern Munich, ici le président Herbert Hainer (dr.) et le directeur général Karl-Heinz Rummenigge, militent pour un salary cap européen.
Les dirigeants du Bayern Munich, ici le président Herbert Hainer (dr.) et le directeur général Karl-Heinz Rummenigge, militent pour un salary cap européen. — Martin Meissner/AP/SIPA

Le président de la Fédération allemande de football (DFB), Fritz Keller, s’est prononcé mardi pour l’introduction d’un plafond salarial dans le football européen qu’il veut soumettre à l'UEFA. « Il y a des salaires et des indemnités de transfert absurdes, qui ne sont plus crédibles », a déclaré à des journalistes Fritz Keller, rejoignant le puissant président du Bayern Munich Karl-Heinz Rummenigge.

« Nous devons parler de plafonds salariaux. (…) C’est pourquoi nous allons écrire une lettre au président de l’UEFA Aleksander Ceferin », a ajouté Fritz Keller. Seul l’organe qui chapeaute le football européen peut limiter des salaires qui sont « en partie dignes d’une autre planète », assure le patron du football allemand.

La question du Royaume-Uni

Ce « salary cap » devra être conforme au droit de l’Union européenne et également appliqué par le Royaume-Uni, où se trouvent plusieurs des clubs les plus riches d’Europe, prévient-il cependant. «Michel Platini avait eu il y a des années l’idée d’introduire un plafond salarial en Europe, basé sur le modèle américain », a rappelé dimanche le président du Bayern à la chaîne Sky.

Le Français, président de l’UEFA de 2007 à 2015, avait soi-disant le soutien « de tous les grands clubs d’Europe. Mais on nous a dit dès le début que ça n’était pas compatible avec les règles sur la concurrence », a assuré Karl-Heinz Rummenigge.

Le patron de la DFB a également appelé à une réforme du fair-play financier. « Nous devons rendre le football professionnel plus proche des gens », a justifié Fritz Keller. « La crise actuelle a mis au jour des problèmes dans le football qui étaient jusque-là éclipsés par des records » dans les montants des transferts, a-t-il ajouté.