OL : « Il va nous apporter son envie de gagner »… Juninho officialise (presque) le milieu brésilien Bruno Guimaraes

INTERVIEW Le directeur sportif lyonnais était ravi, ce dimanche après OL-TFC (3-0), d'annoncer que le transfert du très convoité milieu brésilien Bruno Guimaraes était bouclé « à 95 % »

Propos recueillis par Jérémy Laugier

— 

Bruno Guimaraes, ici lors d'un match de Libertadores avec son club brésilien de l'Athletico Paranaense.
Bruno Guimaraes, ici lors d'un match de Libertadores avec son club brésilien de l'Athletico Paranaense. — Giuliano Gomes/AP/SIPA
  • Après les attaquants Karl Toko Ekambi et Tino Kadewere (en prêt jusqu’en juin au Havre), l’OL est en train de finaliser la venue d’un milieu de terrain.
  • Juninho est venu devant la presse ce dimanche annoncer que Bruno Guimaraes (22 ans), actuellement capitaine de la sélection des Espoirs brésiliens, était « à 95 % » lyonnais.
  • Il ne reste plus que la visite médicale à effectuer, mercredi en Colombie, et le joueur convoité par le Benfica et surtout l’Atlético de Madrid, devrait rejoindre l’OL pour un montant estimé à 25 millions d’euros.

Au Parc OL,

« Je ne peux pas dire 100 % mais c’est fait à 95 %, il a signé samedi la convention de transfert. » Juninho a confirmé ce dimanche, après OL-Toulouse (3-0), que le milieu brésilien Bruno Guimaraes serait l’une des recrues de ce mercato hivernal animé. Seul problème : actuellement bloqué en Colombie pour tenter d’obtenir la qualification de sa sélection aux Jeux olympiques, le joueur de l’Athletico Paranaense ne peut se rendre à Lyon pour passer la visite médicale.

C’est donc Juninho qui s’envolera pour Bogota avec deux médecins de l’OL pour finaliser mercredi un transfert estimé à 25 millions d’euros. Le directeur sportif lyonnais s’est montré passionné et passionnant au moment d’évoquer le profil de ce renfort de 22 ans, très attendu afin de dynamiter le cœur du jeu d’une équipe encore guère convaincante ce dimanche.

Bruno Guimaraes a-t-il le profil pour transformer le milieu de terrain de l’OL ?

Il ne faut pas attendre de lui qu’il contrôle tout de suite l’équipe. Il a 21 ans [22 ans en fait] et c’est le premier transfert de sa vie. Il est très à l’aise techniquement, il travaille beaucoup et il garde le rythme pendant 90 minutes. Par rapport à sa personnalité, je suis confiant sur le fait qu’il puisse vite s’installer dans l’équipe mais il faut un peu de calme avec lui. On est très contents, il va hausser notre niveau, surtout notre qualité de jeu avec le ballon. Et puis il y a son agressivité et son envie de gagner, des points sur lesquels on travaille pour notre effectif et Bruno va nous aider sur ce point.

A-t-il davantage un profil de sentinelle ou de relayeur ?

Pour moi, c’est un numéro 8 très à l’aise avec le ballon. Il est capable de tout voir ou presque avant les autres joueurs du milieu. Ça lui permet de se sortir de situations difficiles. Ce qui se voit beaucoup moins aujourd’hui et j’insiste là-dessus, c’est qu’il effectue beaucoup de transversales du pied gauche comme du pied droit. Il a une personnalité, c’est un fils unique, son papa est chauffeur de taxi et s’est battu pour lui toute sa vie. C’est pour ça qu’il porte le numéro 39, le numéro de taxi de son père. Quand on prend un joueur, il faut analyser tout ça et surtout son envie. Comme Tino [Kadewere] et Karl [Toko Ekambi], et contrairement à d’autres dossiers sur lesquels on a travaillé, on a senti qu’ils avaient vraiment envie de venir chez nous. Cela a fait la différence, même si le président n’est pas très content parce qu’on a beaucoup dépensé pour un mercato de janvier (sourire). Mais Bruno est jeune et je pense qu’il va nous apporter une plus-value dans le futur.

Estimez-vous qu’il s’agit de votre premier gros coup en tant que directeur sportif puisque l’Atlético de Madrid a visiblement poussé pour le recruter également ?

C’était une lutte avec l’Atlético de Madrid et aussi Benfica. On a montré toute notre envie de le faire venir chez nous pour jouer, on a fait tous les efforts financiers qu’il fallait et on l’a laissé tranquille. Au milieu, l’Atlético a Herrera, Marco Llorente, Partey, Saul et Koke et ils jouent en 4-4-2. Ce n’est donc pas forcément uniquement moi, il y a plusieurs réflexions à faire. Nous sommes revenus au 4-3-3, avec donc une place de plus au milieu. Pour démarrer en Europe, une équipe comme la nôtre est très bonne, avant de rêver peut-être d’une équipe un cran au-dessus de nous comme l’Atlético. Simeone a appelé le joueur et le joueur a décidé avec ses parents. Je n’aime pas non plus trop pousser car si le joueur ne vient pas à 100 % avec son cœur, ça ne nous sert pas ensuite.

Bruno Guimarães sera-t-il à coup sûr la dernière recrue du mercato lyonnais ?

Tout peut arriver jusqu’au 31 janvier. Mais normalement, c’est la dernière, même si on a perdu sur blessure notre quatrième défenseur Oumar Solet. On a Marcelo, Jason Denayer et Joachim Andersen qui sont vraiment en forme, même si Joachim a besoin de temps pour s’adapter. On a aussi deux jeunes défenseurs, Pierre Kalulu et Sinaly Diomande, en qui je crois beaucoup. Ils pourront être un jour titulaires chez nous. Pour moi, ils sont prêts à nous rendre vite service, mais c’est à Rudi [Garcia] de voir.