Benfica-OL : « On était loin de la hype Mammana », les supporters lyonnais ont-ils déjà oublié Ruben Dias ?

FOOTBALL L'international portugais Ruben Dias (22 ans) sera l'un des principaux atouts du Benfica, ce mercredi (21 heures) en Ligue des champions face à l'OL. Durant l'été 2018, il avait été près de rejoindre Lyon

Jérémy Laugier

— 

Ruben Dias, ici en avril dernier après avoir inscrit un but en Ligue Europa face à l'Eintracht Francfort.
Ruben Dias, ici en avril dernier après avoir inscrit un but en Ligue Europa face à l'Eintracht Francfort. — CARLOS COSTA / AFP
  • L’OL va trouver sur sa route ce mercredi (21 heures) à Lisbonne l’un des défenseurs centraux les plus prometteurs d’Europe, Ruben Dias (22 ans).
  • Ciblé durant tout l’été 2018 par le club lyonnais, cet international portugais est finalement resté au Benfica, son club formateur.
  • Depuis un an, « il a changé de dimension » avec le champion du Portugal.

De notre envoyé spécial à Lisbonne,

« Ruben Dias est l’un des défenseurs centraux les plus prometteurs d’Europe. » Quand ce compliment est signé de la légende de la Juve Giorgio Chiellini, ça vous place le potentiel d’un joueur. Les supporters lyonnais s’étaient mis à frissonner en tapant ce nom sur Google durant l’été 2018 mais ils vont le retrouver comme adversaire, ce mercredi (21 heures) en Ligue des champions à Lisbonne. Annoncé à diverses reprises tout proche de l’OL, pour un montant record entre 30 et 45 millions d’euros (sa clause libératoire), l’international portugais du Benfica avait finalement prolongé son contrat jusqu’en 2023, le 22 août 2018, avec une clause augmentée à 60 millions d’euros.

Et ce avec en toile de fond, quasi jusqu’au bout du mercato estival, la volonté de rester dans son club formateur surtout en cas de barrage de Ligue des champions bien négocié. Autant vous dire que les fans de l’OL, pas les moins passionnés durant les périodes de transferts, ont suivi de près le trépident aller-retour entre le Benfica et le PAOK Salonique (1-1 ; 4-1). Gros suiveur du football européen, Antoine avait plutôt jeté son dévolu sur Çağlar Söyüncü (Leicester, ex-Fribourg) cette année-là. Mais il résume bien la hype Ruben Dias qui animait de nombreux supporters lyonnais, en quête d’un patron en défense centrale depuis si longtemps.

J’aimais bien l’idée de Ruben Dias. Il était cher mais c’était un joueur prometteur, souvent décrit comme un leader avec du caractère. Maintenant dans le jeu, j’étais plus sceptique, notamment en cas d’association avec Marcelo. J’avais peur que ça fasse une charnière un peu lourde. Je pense que c’était à peu près comme pour Joachim Andersen cette année, on cherchait à voir ce qu’il valait, des avis de coachs, des analyses de personnes l’ayant vraiment vu. Mais selon moi, on était très loin de la hype pour Mammana [en 2016]. Il faut dire que c’était un énorme espoir argentin et qu’on sortait d’années noires pendant le mercato, où on en arrivait à s’exciter sur un Fabian Monzon. »

« Difficile d’affirmer qu’il aurait réussi à coup sûr avec le Lyon actuel »

Jean-Michel Aulas avait fini par climatiser tout ce beau monde peu avant la rentrée 2018-2019 : « Le joueur était prêt à venir parce qu’on avait eu des contacts très chaleureux. Son agent a tout fait pour que ça se fasse. Ce n’était pas une question d’argent mais le président du Benfica a dit non. Aujourd’hui, on est passé à autre chose. » Une autre chose se nommant Jason Denayer, arrivé de Manchester City pour seulement 10 millions d’euros (dont 3,5 M€ de bonus). Finalement, 14 mois plus tard, et alors que les images du championnat portugais et donc de l’intéressé sont toujours aussi rares en France, l’OL avait-il eu raison de cibler avec autant d’insistance ce joueur de 22 ans ?

« Oui, Ruben Dias a pris une autre dimension la saison passée en devenant un titulaire indiscutable en sélection [14 capes] aux côtés de Pepe, et devant José Fonte par exemple, indique Nicolas Vilas, journaliste pour RMC Sport et spécialiste du football portugais. Il s’est beaucoup affirmé. Mais le Benfica domine tellement ses matchs de championnat qu’il est difficile d’affirmer qu’il aurait réussi à coup sûr avec le Lyon actuel, avec une autre façon de jouer. » Dylan, CM du premier compte Twitter français consacré au Benfica, revient sur la progression du défenseur.

Il est l’un des top joueurs de notre effectif. Tous les supporters l’aiment à tel point que beaucoup aimeraient le voir officiellement capitaine. Même lorsqu’il était chez les jeunes, c’était déjà un leader dans l’âme. C’est un joueur capable de célébrer un tacle réussi comme un but. Il pourrait laisser ses tripes sur le terrain pour défendre ses couleurs. Il y avait des doutes autour de son éventuelle adaptation à Lyon à l’époque mais je pense qu’il aurait fait extrêmement de bien en défense là-bas. »

« J’ai toujours eu la tête où elle devait être, c’est-à-dire au Benfica »

Aujourd’hui, si départ il y a, il faudra à en croire la presse portugaise davantage regarder du côté d’un géant de Premier League genre Manchester City pour un montant vertigineux entre 60 et 100 millions d’euros. Autant dire que Florian Maurice et Juninho sont hors-jeu. Evidemment interrogé sur le sujet mardi en conférence de presse avant d’affronter l’OL, Ruben Dias avait bien préparé son coup.

« Mon nom a été associé à plusieurs clubs, dont Lyon, mais pas toujours pour une raison logique, a-t-il confié. Personnellement, j’ai toujours eu la tête où elle devait être, c’est-à-dire au Benfica. » Avant de connaître quasiment à coup sûr un départ à prix d’or dans les prochains mois, comme Joao Felix (Atlético) et tant d’autres avant lui.