VIDEO. Mercato: Un artiste au Prado… L'Atlético lâche 126 millions d'euros pour la pépite Joao Félix

FOOTBALL Une journée agitée sur le marché des transferts des Colchoneros

A.H.

— 

Joao Félix jouait au Benfica.
Joao Félix jouait au Benfica. — PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP

Comme disaient les Magic System, l’Atlético avait la « maladie du bouger bouger » ce mercredi. Oui, on a les références musicales que l’on mérite. Mais au niveau circulation des joueurs dans le club madrilène, c’était rouge dans le sens des départs et des arrivées. Dans la matinée, les Rojiblancos ont annoncé que le milieu défensif Rodri avait payé sa clause libératoire, de 70 millions d’euros. L’international espagnol devrait s’engager rapidement avec Manchester City.

Pour compenser cette perte au milieu de terrain, Diego Simeone et les dirigeants de l’Atlético ont officialisé l’arrivée, gratuite (car en fin de contrat), du Mexicain du FC Porto Hector Herrera. Autre joueur du FC Porto à rejoindre les Colchoneros : Felipe, qui devrait prendre la succession de Diego Godin. Le Brésilien avait été recruté pour 20 millions d’euros et devrait signer jeudi un contrat de trois ans avec les vice-champions d’Espagne.

Mais les supporters de l’Atlético ont été encore un peu plus gâtés. Dans l’air depuis quelques semaines, le recrutement de Joao Félix a été officialisé ce mercredi. La pépite portugaise de 19 ans, formée au Benfica, arrive à Madrid pour 126 millions d’euros, soit le transfert le plus cher de l’histoire du club espagnol. Un investissement qui valait bien une présentation hors-norme. L’Atlético a installé son nouveau joueur au Musée du Prado. Un artiste au milieu d’œuvres d’art, ça colle forcément.