OL-PSG: Toujours aussi intouchable, Lyon donne la leçon à Paris (5-0) et verrouille son 13e sacre consécutif en D1

FOOTBALL FEMININ Les Lyonnaises ont écrasé le PSG ce samedi (5-0) et filent vers un 13e titre de championnes de France consécutif

Jérémy Laugier

— 

Eugenie Le Sommer célèbre son but du soir avec sa partenaire d'attaque Ada Hegerberg. JEFF PACHOUD
Eugenie Le Sommer célèbre son but du soir avec sa partenaire d'attaque Ada Hegerberg. JEFF PACHOUD — AFP
  • L’OL a surclassé sans trembler le PSG (5-0), ce samedi, lors de la « finale » du championnat de France.
  • Dans un Parc OL s’offrant le record du match de football féminin le mieux garni en France (25.907 spectateurs), les Lyonnaises ont déroulé avec cinq buteuses différentes à la clé.
  • A deux journées de la fin, les partenaires de Wendie Renard sont quasiment assurées de remporter leur 13e titre consécutif en D1.

Cet OL ne sait décidément pas passer à côté d’un gros rendez-vous. Transcendées par l’enjeu d’un sprint final (pour une fois) haletant en D1, les Lyonnaises ont survolé leur « finale » contre le PSG ce samedi (4-0). A deux journées de la fin et désormais trois points d’avance sur leurs rivales parisiennes, les joueuses de Reynald Pedros sont quasiment assurées de remporter leur 13e titre consécutif. Icing on the cake, l’affluence record pour un match de football féminin en France est tombée ce samedi, avec 25.907 spectateurs au Parc OL.

Une première période de patronnes. Dans un championnat de France qui n’avait plus été aussi serré depuis 2016, l’OL savait son règne sans partage menacé. Les partenaires de Wendie Renard ont donc livré ce samedi un véritable match de Ligue des champions. Plus rapide, plus juste, plus haut, plus fort, le triple champion d’Europe en titre a vite étouffé le PSG, avec un premier coup de tête rageur d’ Ada Hegerberg sur un centre d’Amandine Henry (1-0, 8e).

Et encore Katarzyna Kiedrzynek était dans un grand soir, avec des parades devant Delphine Cascarino (4e), Amel Majri (15e), Ada Hegerberg (27e) et Lucy Bronze (38e). Totalement étouffées, les joueuses d’Olivier Echouafni ont craqué sur un énorme mouvement collectif initié par Ada Hegerberg, avant un relais de Jessica Fishlock et une finition d’Eugénie Le Sommer (2-0, 40e). Le premier acte digne de celui contre Wolfsburg (2-0 puis 2-1) en quart de finale de Ligue des champions s’est conclu par le 100e but en carrière de Wendie Renard sur penalty (3-0, 45e+2).

Le PSG pas gâté par l’arbitrage. Olivier Echouafni était légitimement fou furieux devant son banc de touche. OK, son équipe était déjà menée (1-0) et en galère pour se créer des occasions. Mais à la 24e minute de jeu, sur un centre a priori anodin, Griedge Mbock s’est manquée et a signé une main incontestable, le bras décollé, pour offrir le ballon à Sarah Bouhaddi. Victoria Beyer n’a pas sifflé de penalty pour autant et le VAR n’a pas encore fait son apparition en D1 féminine.

Le coup est d’autant plus dur à encaisser pour le PSG que le penalty transformé 20 minutes plus tard par Wendie Renard a été obtenu après une main comparable, voire moins évidente, d’Eve Perisset. Vu l’ampleur du naufrage, la première défaite parisienne de la saison en D1 ne s’est pas jouée sur ces coups de sifflet pour autant.

Un 13e titre officieusement en poche. Si sûr de sa force, l’OL s’est encore fait plaisir après la pause en inscrivant un superbe quatrième but grâce à son trio offensif majeur Le Sommer-Hegerberg-Marozsán. Avec cette fois à la finition l’impeccable internationale allemande (4-0, 60e). Puis la fusée Shanice Van de Sanden (5-0, 90e+2) a bouclé cette manita à la sauce lyonnaise, à huit jours de la demi-finale aller de Ligue des champions contre Chelsea.

Autant dire que, avec trois points d’avance et un goal average largement favorable sur le PSG, l’OL n’aura plus qu’à faire le boulot à Dijon le 24 avril et/ou contre Metz le 4 mai pour être champion. Allez on va prendre le risque de vous l’annoncer : Lyon a officialisé son 13e sacre consécutif ce samedi. Et on voit mal ce qui pourrait stopper l’invraisemblable mainmise lyonnaise sur la D1, voire sur toute l’Europe.