OL-Wolfsburg: Les Lyonnaises ne prennent qu'une petite option dans leur choc de Ligue des champions (2-1)

FOOTBALL FEMININ Après avoir pris deux buts d'avance en moins de 20 minutes, l'OL s'est fait surprendre par Wolfsburg en deuxième période, ce mercredi (2-1). Le quart de finale retour s'annonce accroché dans une semaine en Allemagne

Jérémy Laugier

— 

Wendie Renard a inscrit le deuxième but lyonnais ce mercredi. JEFF PACHOUD
Wendie Renard a inscrit le deuxième but lyonnais ce mercredi. JEFF PACHOUD — AFP
  • Grâce à Eugénie Le Sommer et Wendie Renard, l’OL a rapidement pris les devants (2-0, 18e) ce mercredi face à Wolfsburg.
  • Au bout d’une deuxième période vraiment différente, les Lyonnaises ont été reprises (2-1) et elles s’attendent à un quart de finale retour très accroché, dans une semaine en Allemagne.

Pendant un bon moment, les supporters lyonnais se voyaient déjà réserver leur voyage à Budapest au printemps. Mais, si elles ont remporté leur quart de finale aller de la Ligue des champions contre Wolfsburg (2-1), ce mercredi au Parc OL, les Lyonnaises ne se sont pas vraiment ouvert la route menant à la finale de l’épreuve, le 18 mai en Hongrie. Car au prix d’une belle deuxième période, le double champion d’Allemagne, qualifié de « redoutable » par Reynald Pedros la veille, a confirmé qu’il était bien le principal obstacle à un quatrième sacre continental consécutif de l’OL.

Deux buts en moins de 20 minutes

Dans un remake des finales 2013, 2016 et 2018, le club lyonnais (cinq fois vainqueur de la Ligue des champions au total) aurait quasiment pu verrouiller sa place en demies dès la mi-temps. En totale maîtrise, grâce notamment à un étouffant pressing, les partenaires d’ Ada Hegerberg ont vite pris deux buts d’avance. Eugénie Le Sommer, impeccable de réalisme après une énorme boulette de Claudia Neto (1-0, 11e) puis la spéciale Wendie Renard, à savoir un imparable coup de tête sur corner (2-0, 18e) lançaient la soirée de la meilleure des manières.

Le réveil allemand

Amandine Henry (3e), Jessica Fishlock (55e) et surtout Eugénie Le Sommer d’une volée claquée sur la transversale par Almuth Schullt (43e) ont même eu les opportunités pour boucler la qualif'. Et ce jusqu’au réveil de Wolfsburg, qui a montré un tout autre mordant en deuxième période. Jamais inquiétée avant la pause, Sarah Bouhaddi a d’abord dû se montrer solide sur une frappe lointaine de Caroline Graham Hansen (49e) puis surtout sur un ciseau d’Ewa Pajor (50e).

La tâche s’annonce délicate pour les Lyonnaises

Mais après avoir dévié une reprise d’Alexandra Popp sur son poteau, la gardienne des Bleues s’est inclinée sur une tête de Nilla Fischer changeant totalement la donne (2-1, 63e). Le match retour, le 27 mars (18h15) en Allemagne, s’annonce plus qu’accroché, comme l’a été la dernière finale, arrachée en prolongation par l’OL (4-1). Mais cette équipe lyonnaise, qui n’a plus connu la moindre désillusion européenne depuis novembre 2014, en a vu d’autres dans les moments chauds.