Twerk gate: «Je ne vais pas laisser une blague stupide tout gâcher», le beau récit du Ballon d'Or d'Ada Hegerberg

FOOTBALL De la blague ratée de Martin Solveig à ses heures de galère en passant par Jean-Michel Aulas, Ada Hegerberg raconte tout...

B.V.

— 

Martin Solveig et Ada Hegerberg lors de la remise du premier Ballon d'or féminin, à Paris le 3 décembre 2018.
Martin Solveig et Ada Hegerberg lors de la remise du premier Ballon d'or féminin, à Paris le 3 décembre 2018. — FRANCK FIFE / AFP

De cette soirée, tout le monde ou presque n'a retenu que la mauvaise vanne de Martin Solveig à Ada Hebergerg. «Est-ce que tu sais twerker?», «non», l'échange plus que malaisant entre le DJ et la première Ballon d'Or de l'histoire du foot féminin. Dans un très beau récit publié dans The Players Tribune, un site dont nous vous parlions cet été et qui offre aux sportifs de haut niveau l'occasion de parler un peu en profondeur d'eux-mêmes, la Norvégienne de 23 ans revient en détails sur cette soirée.

C'est très touchant. De la façon dont elle a appris qu'elle avait gagné (« Tu sais garder un secret? »), de sa jeunesse, (« Ce n'était pas du foot pour les filles ou les garçons, c'était du football »), de son passage délicat en Allemagne à 17 ans («personne ne pouvait se permettre de se plaindre »), elle évoque tous les sujets. Un qui a particulièrement retenu notre attention, l'hommage rendu à Jean-Michel Aulas.

« A lyon, les hommes et les femmes sont traités de la même manière. On a besoin de plus de gens avec une vision comme la sienne, qui comprend qu'investir dans le sport féminin permet à tout le monde d'être vainqueur, le club, la ville, les joueurs ». 

Et puis Hegerberg revient rapidement sur le twerk gate. Une énormité au milieu de «la meilleure soirée de sa vie». « Quel moment incroyable, magnifique, je ne vais pas laisser une blague stupide tout gâcher. Ça ne l'a pas gâché pour moi. Ça ne le gâche pas dans ma mémoire. »