OM-Strasbourg: Le grand frisson... de honte, pour Marseille, éliminé en Coupe de la Ligue

FOOTBALL Les supporters de l'OM sont fous de rage... Marseille s'enfonce dans la crise après une élimination face à Strasbourg (1-1), en Coupe de la Ligue...

Au stade Vélodrome, Jean Saint-Marc

— 

Eliminé par Strasbourg, Marseille quitte la Coupe de la Ligue dès son entrée en lice.
Eliminé par Strasbourg, Marseille quitte la Coupe de la Ligue dès son entrée en lice. — Christophe SIMON / AFP
  • Il ne restait que deux objectifs à l'OM, éliminé en Ligue Europa. Accrocher le podium en Ligue 1 et remporter une coupe nationale. 
  • C'est loupé pour la Coupe de la Ligue. Marseille quitte la «coupe moustache» dès les huitièmes de finale, éliminé par Strasbourg.

La Coupe de la Ligue, ce n’est pas vraiment le genre de compétitions qui rime avec grand frisson. En revanche, elle peut très bien donner des sueurs froides à un club déjà dans la crise. De valeureux  Strasbourgeois ont éliminé l’OM, ce mercredi, aux tirs au but (1-1).

>> Incontestables tirs au but. Rudi Garcia ergotera longtemps sur les décisions de Ruddy Buquet, et notamment sur un but refusé à l’OM pour un étonnant hors jeu de position, en début de rencontre. Il ne pourra en revanche rien dire de cette séance de tirs au but où deux Marseillais se sont troués. Le défenseur Rami et, surtout, le spécialiste, Payet. Il a mis son tir sur le poteau de Kamara, le second gardien de Strasbourg. Kamara qui avait d’ailleurs déjà arrêté, d’ailleurs, dans le jeu, un penalty… de Payet, l’artificier marseillais (69e). Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il manque de confiance, en ce moment, dans cet exercice. Mais le second tireur possible, Thauvin, était en tribunes, suspendu.

>> Le Racing discipliné. On pourrait presque écrire héroïque. Après avoir ouvert le score sur penalty (décidément), via Martin, les Alsaciens ont très longtemps tenu le 1-0. Très disciplinés, solidaires, ils ont bénéficié de quelques coups de chance, d’une très belle sortie de Kamara, leur deuxième gardien, dans les pieds de Rolando… Mais l’équipe de Thierry Laurey montre qu’elle sait défendre. Elle sait attaquer, aussi : Martinez (après un coup franc), Ajorque (en contre-attaque) et surtout Zohi (une reprise juste à côté) auraient pu marquer et qualifier Strasbourg dans le jeu. Double vainqueur de la Coupe de la Ligue, en 1997 et 2005, Strasbourg s’offre un quart de finale en janvier. Et fait rugir un parcage de supporters qui en avait bien besoin, dans un contexte très lourd, huit jours après l’attaque terroriste en centre-ville.

>> Le Vélodrome bouillant (de rage). Les supporters olympiens ont exulté quand Gustavo a égalisé (80e), sur une action improbable : Sakai a violemment taclé dans les pieds de Martinez, servant parfaitement le Brésilien, qui a surpris Kamara. Le virage sud, le seul ouvert ce mercredi, s’est brièvement enflammé. Sinon, il a principalement sifflé. Ils n’étaient que 8.200 dans les travées du stade. Six fois moins que d’habitude. Mais ils font tout de même beaucoup de bruit.

Les impuissants Mitroglou et Germain sont les principales cibles. Rudi Garcia, qui avait aligné une compo 100 % gars sûrs, sans aucune recrue estivale, en prend aussi pour son grade. Les « mouille le maillot ou casse toi », qui descendent du parcage des South Winners, s’adressent aussi à l’entraîneur, très contesté… Et qui semble ne plus vraiment avoir les clés.