Sauvé par les vieux: Sur la sellette, le coach du Bayern s'offre du répit grâce à Robben et Ribéry

FOOTBALL A la ramasse en championnat, le Bayern a étrillé le Benfica (5-1) et s’est qualifié pour les 8es de finale de C1…

A.L.G.

— 

Robben et Ribéry se sont distingués face au Benfica.
Robben et Ribéry se sont distingués face au Benfica. — Sven Hoppe / dpa / AFP

Le Bayern Munich ressuscité a balayé mardi le Benfica (5-1), avec des doublés de Robben et Lewandowski, et s’est qualifié pour les 8e de finale de la Ligue des champions, offrant un répit inespéré à son coach Niko Kovac, que tous les médias allemands voyaient déjà limogé dans les prochains jours.

Robben a marqué deux fois en début de match (13e, 30e) puis Lewandowski a doublé la mise (36e, 51e). Ribéry a enfoncé le clou (76e) avec son tout premier but de la saison. Benfica a sauvé l’honneur par Gedson Fernandes (46e). Dans la présentation d’avant-match sur le plateau de Sky-Allemagne, il n’avait pourtant été question que d’une chose : la succession de Kovac. Experts et consultants s’entendaient pour dire qu’Arsène Wenger, l’ancien coach d’Arsenal, serait l’homme de la situation.

« Je suis un combattant »

Car s’il a tiré le meilleur parti d’un groupe facile en Ligue des champions, le Bayern est en détresse en championnat : deux victoires sur ses huit derniers matches, et une cinquième place à neuf points du leader Dortmund indigne des ambitions du club.

Sourd aux menaces, Niko Kovac avait fait front avec courage la veille de la rencontre : « Je suis un combattant (…). Les mots "baisser les bras, abandonner, hisser le drapeau blanc" n’existent pas dans mon vocabulaire », avait-il lancé. Humiliées, critiquées et attaquées de toutes parts, les stars du Bayern se sont donc enfin révoltées. Reste à savoir si cette victoire est un feu de paille ou l’annonce d’un nouvel espoir. Seule certitude, ce succès a offert un peu de répit au jeune coach Niko Kovac.