VIDEO. OL-Manchester City: Maxwel Cornet régale enfin à Lyon et «impressionne» Pep Guardiola

FOOTBALL Pour sa deuxième titularisation de la saison, Maxwel Cornet a inscrit un épatant doublé, mardi contre Manchester City (2-2)...

Jérémy Laugier

— 

Maxwel Cornet.a trompé à deux reprises Ederson, mardi face à Manchester City (2-2).
Maxwel Cornet.a trompé à deux reprises Ederson, mardi face à Manchester City (2-2). — JEFF PACHOUD / AFP
  • Très peu utilisé par Bruno Genesio depuis le début de la saison, Maxwel Cornet a su saisir sa chance mardi, en Ligue des champions, contre Manchester City (2-2).
  • Auteur d’un doublé inattendu, l’attaquant de l’OL a été le grand bonhomme d’une soirée assez dingue, qui lui a même valu d’être salué par Pep Guardiola himself.

En 13 journées de Premier League cette saison, Manchester City n’a encaissé que cinq buts. Soit quasiment autant qu’en deux matchs face à  Maxwel Cornet, buteur à l’Etihad Stadium en septembre (1-2) et auteur d’un doublé mardi lors du spectaculaire nul (2-2) au Parc OL. Une drôle de performance qui fait de l’attaquant lyonnais de 22 ans le pendant de Lionel Messi, seul joueur à avoir autant fait souffrir les Cityzens jusque-là sur la scène européenne (quatre buts en 2016-2017).

« Je n’ai pas cette prétention de me comparer à Leo mais bien sûr, ce doublé est une fierté », sourit Maxwel Cornet, un brin gêné de se voir associé à la star du Barça. Oui, on parle bien de l’attaquant Maxwel Cornet, régulièrement sifflé par les supporters lyonnais, qui n’ont pas oublié ces ratés déterminants dans deux éliminations consécutives en Ligue Europa, contre l’Ajax Amsterdam en 2017 (1-4, 3-1) puis le CSKA Moscou en mars (1-0, 2-3).

« Il n’y a aucun sentiment de revanche »

Déchaîné comme au match aller, l’ancien Messin a trompé Ederson d’une superbe frappe enroulée aux abords de la surface (1-0, 55e) puis d’un contre finement conclu en résistant au retour d’Aymeric Laporte (2-1, 81e). Avec un peu plus de réussite, il aurait même pu éclabousser encore davantage l’Europe, s’emmêlant les pinceaux sur un centre de Ferland Mendy (29e) et trouvant l’arrête du but mancunien de volée (43e). Une soirée d’autant plus dingue qu’il n’était titulaire que pour la deuxième fois de la saison, toutes compétitions confondues, après l’exploit à l’Etihad Stadium. « Maxwel revient de je ne sais où pour marquer ces deux buts », sourit Jean-Michel Aulas.

« J’ai pris du plaisir sur le terrain et il n’y a aucun sentiment de revanche, assure l’intéressé, déçu de ne pas avoir pu rejoindre Wolfsburg à la fin du mercato estival. J’ai simplement laissé parler ma joie ce soir. On a montré qu’on avait une grande équipe. » Et hormis sa deuxième partie de saison 2015-2016 (sept buts en Ligue 1 en trois mois), il n’avait pas souvent prouvé qu’il méritait d’en devenir un cadre depuis son arrivée à Lyon en janvier 2015.

« C’est un mec très professionnel qui se bat tout le temps »

Conscients de sa traversée du désert entre ces deux matchs XXL face à la bande à Pep Guardiola (152 minutes cumulées en deux mois), ses partenaires ont tenu à louer la renaissance de « Mad Max ». « Ce qu’il a fait ce soir est extraordinaire et c’est tellement mérité, souligne ainsi Anthony Lopes. C’est un très bon garçon, une personne très touchante. » Proche de lui dans le vestiaire, Rafael décrit « un mec très professionnel qui travaille pour l’équipe et qui se bat tout le temps ».

Une rage que n’ont pas forcément montrée ces derniers temps Moussa Dembélé et surtout Bertrand Traoré, ses principaux concurrents en attaque, derrière les quasi intouchables Nabil Fekir et Memphis Depay. Lassé d’être un cinquième choix (voire sixième derrière Martin Terrier), Maxwel Cornet s’était justement confié dans L'Equipe lundi.

« J’ai pris ce que le coach m’a donné, même si ça ne répond pas à mes attentes. Je ne me considère pas comme un joker de luxe : dans le foot, si tu mérites de jouer, tu dois jouer, tout simplement. Quand on revendique quelque chose, il faut prouver sur le terrain, montrer qu’on ne parle pas pour rien. »

« Quand on ne lâche pas, on est toujours récompensé »

L’international ivoirien n’a pas mis longtemps pour que paroles et actes ne fassent qu’un. Cette fois, après pareil récital dans un match d’une telle importance, Bruno Genesio va-t-il l’installer pour de bon dans son 3-5-2 ? « Maxwel a complètement justifié la confiance qu’on lui a accordée, répond l’entraîneur lyonnais. Il a réagi dans le bon sens et il l’avait déjà fait à l’aller, puis dans ses entrées à Guingamp et contre Saint-Etienne. Ça montre que quand on a le bon état d’esprit et qu’on ne lâche pas, on est toujours récompensé. »

Le sera-t-il en enchaînant cette fois samedi (17 heures) à Lille ? « Après le match aller, il avait été déçu de ne pas jouer contre Marseille, se rappelle Bruno Genesio. Ça n’avait rien à voir avec son match. Mais je pense que c’est important de concerner tout le monde. » Si cette réponse très mesurée de son coach l’agace, Maxwel Cornet pourra se passer en boucle la sortie de Pep Guardiola à son sujet mardi soir. « J’ai été très impressionné par le talent de Maxwel Cornet », a glissé l’entraîneur de City. Même les supporters-trolls lyonnais les plus perchés n’avaient jamais songé à scénariser une connexion Guardiola-Cornet.