VIDEO. OL-Manchester City: «Son équipe est très bien organisée»… Comment Genesio a-t-il gagné le respect de Guardiola?

FOOTBALL Comme au match aller, l’entraîneur de l’OL Bruno Genesio a trouvé le plan (presque) parfait mardi pour accrocher le Manchester City de Pep Guardiola (2-2)...

Jérémy Laugier

— 

Bruno Genesio a une nouvelle fois réussi son plan tactique contre Manchester City, à l'image de la titularisation surprise de Maxwel Cornet.
Bruno Genesio a une nouvelle fois réussi son plan tactique contre Manchester City, à l'image de la titularisation surprise de Maxwel Cornet. — JEFF PACHOUD / AFP
  • La bataille des « Pep » était l’une des curiosités du choc entre l’OL et Manchester City mardi.
  • Auteur d’un joli coup tactique, comme au match aller, Bruno Genesio a bien failli infliger à Pep Guardiola sa deuxième défaite de la saison (2-2).
  • Si l’OL n’est pas encore qualifié pour les 8es de finale de Ligue des champions, il a comme son coach reçu des compliments appuyés du Catalan.

Comme au match aller, l’élève a eu fière allure devant le maître. Affronter le Manchester City de son principal modèle Pep Guardiola a en effet inspiré une nouvelle fois Bruno Genesio mardi. Surnommé « Pep » de façon moqueuse sur les réseaux sociaux, depuis sa prise de fonction à l’OL, celui-ci a su faire déjouer mardi la probable meilleure équipe d’Europe actuelle (2-2). Deux mois après avoir infligé aux Cityzens leur unique défaite de la saison (17 victoires en 21 matchs officiels) avec un 4-4-1-1 marqué par les surprenantes titularisations de Maxwel Cornet et Pape Cheikh Diop, il a encore signé un joli coup en 3-5-2.

« C’était au moins aussi bien qu’à l’aller, à la fois dans l’animation défensive et dans l’utilisation du ballon, savoure l’entraîneur lyonnais. On a été constant pendant 93 minutes. Ce sera encore une fois un match référence pour nous. » Par « encore », comprenez après l’exploit de l’Etihad Stadium (1-2), car il faut être sacrément de mauvaise foi pour trouver de quoi se régaler dans les 17 autres rencontres officielles de l’OL cette saison, hormis le 4-2 face à l’OM qu’on veut bien sauver.

Marçal, le duo Ndombele-Aouar, Cornet, autant de paris gagnants

A l'instar de ses joueurs, Bruno Genesio est comme transcendé face au Cityzens tant ses choix ont tous été payants.

  • Ça sentait la galère derrière pour Jérémie Morel dans pareille opposition contre Sergio Agüero et compagnie ? Pas de problème, la belle trouvaille de la défense à trois du derby Fernando Marçal a été confirmée et a apporté technique et sérénité dans la relance.
  • Avec Lucas Tousart en première rampe de lancement, l’OL risquait de souffrir pour se sortir du pressing « étouffant » des Cityzens ? Tout est sous contrôle, Tanguy Ndombele et Houssem Aouar ont été associés et ont encore fait des merveilles, sans avoir besoin d’un pur milieu défensif comme Lucas Tousart à leurs côtés.
  • Avec Moussa Dembélé ou Bertrand Traoré, peu en réussite actuellement, l’OL pouvait risquer d’être coupé en deux comme dans le derby ? Et hop, Maxwel Cornet, plus rapide et plus travailleur, sort du chapeau pour sa deuxième titularisation de la saison. « On savait que Manchester City avait beaucoup de mal à gérer la profondeur et c’est la raison pour laquelle Maxwel a débuté », précise Bruno Genesio.

Le doublé de son jeune attaquant, si souvent décrié à Lyon et de moins en moins utilisé depuis son « presque départ » cet été vers Wolfsburg, est sa réussite la plus éclatante du soir. Pour la deuxième fois de la saison, son OL a déjoué tous les pronostics lui promettant l’enfer pour jouer les yeux dans les yeux avec le champion d’Angleterre en titre.

« Il m’a dit qu’on avait réussi à beaucoup les embêter »

« C’est une fierté pour l’équipe, pour le staff, pour tous les gens qui travaillent avec ce groupe mais ce n’est pas une fin en soi. L’objectif est de se qualifier. » Avant l’affrontement décisif en Ukraine contre le Shakhtar Donetsk (le 12 décembre), cette nouvelle performance sur la scène européenne valait bien une accolade avec Pep original, qui était suspendu lors du match aller.

« Il est venu me féliciter en anglais, il a été très sympa. Il m’a dit qu’on avait une très bonne équipe, qu’on avait réussi à beaucoup les embêter. Ça fait plaisir car c’est pour moi l’un des plus grands entraîneurs du monde. Etre reconnu par ce genre de personne, c’est toujours gratifiant. »

S’il n’a pris qu’un point (sauvé par Sergio Agüero à la 83e minute) en deux rencontres contre l’OL, Pep Guardiola avait la tête des bons jours, quasi assuré de terminer à la première place du groupe. « On parle tout temps le temps du PSG, mais il y a beaucoup de talents en France, indique le coach catalan. On a joué contre une équipe très physique qui nous a posé beaucoup de problèmes. L’entraîneur fait de très bons choix et son équipe est très bien organisée. » Le compliment d’une vie.