OL-ASSE: Dynamique, joueur clé, ambiance… Oubliez la trêve, le «fantastique» derby est déjà lancé

FOOTBALL Vainqueurs samedi en Ligue 1 et au coude à coude au classement, l'OL (4e) et l'ASSE (5e) vont se retrouver le 23 novembre pour un alléchant derby...

Jérémy Laugier

— 

Les capitaines de l'OL et de l'ASSE, Nabil Fekir et Loïc Perrin, ici au duel lors du précédent derby, en février à Décines (1-1).
Les capitaines de l'OL et de l'ASSE, Nabil Fekir et Loïc Perrin, ici au duel lors du précédent derby, en février à Décines (1-1). — JEFF PACHOUD / AFP
  • Actuellement sur une bonne dynamique en Ligue 1, tout au moins au niveau des résultats, l’OL (4e) et l’ASSE (5e) se suivent, à deux et trois longueurs du LOSC (2e).
  • Dans ce contexte, le derby du vendredi 23 novembre (20h45) au Parc OL sera déjà essentiel.
  • « 20 Minutes » fait le point, juste avant cette trêve internationale, sur les forces en présence et sur le contexte entourant les deux clubs.

« Maintenant, on a la tête au derby. Ce sera un match fantastique. Nos amis stéphanois y croient beaucoup mais on répondra présent. » Tout juste rassuré par le succès lyonnais (2-4) à Guingamp samedi, Jean-Michel Aulas s’est projeté sur ce fameux derby du vendredi 23 novembre (20h45). Comme le président de l’OL, les supporters des deux camps comptent désormais les jours durant la trêve internationale. Les enjeux ne manquent pas pour cette affiche déjà déterminante.

Des dynamiques bonnes mais fragiles. OK, l’ASSE n’a perdu que deux fois depuis le début de la saison, chez les deux équipes de tête en Ligue 1 (4-0 au PSG, 3-1 à Lille). OK, l’OL n’a de son côté cédé qu’au Parc des Princes (5-0), toutes compétitions confondues, depuis le mois de septembre. Mais Lyonnais (4es) comme Stéphanois (5es), au coude-à-coude à deux et trois points du LOSC (2e), ont rarement maîtrisé leur sujet jusque-là. « Atteindre la mi-temps avec deux buts d’avance, ce n’était pas miraculeux mais presque », a ainsi reconnu Jean-Louis Gasset après le succès (2-0) des Verts contre Reims, grâce à une réussite totale en première période, avec deux buts inscrits sur deux frappes cadrées.

Alors dans une optique de contrer, à domicile contre la pire attaque de Ligue 1, l’ASSE a par la suite prouvé qu’elle pouvait proposer plus de maîtrise. « La seconde période est pratiquement ce que j’idéalise de notre jeu collectif, s’enthousiasme l’entraîneur stéphanois. On est en nette progression. » Un constat que n’a pas osé tenir Bruno Genesio, conscient que le succès (2-4) à Guingamp a surtout été l’œuvre d’un Memphis Depay déterminant (2 buts et 2 passes décisives). Désastreux collectivement une semaine plus tôt contre Bordeaux (1-1) puis incapables de préserver deux buts d’avance à 11 contre 10 face à Hoffenheim (2-2), ses joueurs ont été proches du néant durant 45 minutes en Bretagne (1-0). Avant de sauver l’essentiel, et de jouer gros le 23 novembre.

Deux équipes portées par un homme clé. En consultant les deux effectifs, il ne fait aucun doute que les principaux atouts de l’OL comme de l’ASSE sont devant. Mais même si chacune de ses deux formations présente six joueurs offensifs à même de faire la différence, Memphis Depay et Wahbi Khazri semblent actuellement décider de presque tout. Ils sont ainsi impliqués directement dans plus d’un tiers des buts inscrits par leur équipe cette saison.

« Je me plais énormément en pointe car j’ai beaucoup de liberté dans le jeu, soulignait l’attaquant stéphanois, samedi sur RMC, après son but et sa passe décisive face à Reims. Je peux décrocher pour me faire oublier des défenseurs. » Incontournable joueur d’axe désormais, quel que soit le système, Memphis Depay sera extrêmement attendu pour ce derby, après être passé des sifflets du Parc OL contre Bordeaux et surtout Hoffenheim au rôle de sauveur qui lui va si bien à Guingamp.

Une ambiance électrique au Parc OL. La fameuse « union sacrée », souvent réclamée par la direction de l’OL dans les périodes délicates, sera forcément dans l’air pour le derby. Malgré des sifflets de plus en plus fournis à Décines, notamment contre Bordeaux et Hoffenheim, pour viser Bruno Genesio, Memphis Depay ou l’ensemble des joueurs, les supporters lyonnais tiennent trop à ce match historique pour bouder leurs encouragements. Il n’empêche que la banderole déployée par le virage sud lors d’OL-Hoffenheim n’entrait pas vraiment dans la catégorie des encouragements bienveillants. Pas plus que celle sortie par le parcage lyonnais présent à Guingamp.

C’est en raison de ce climat assez pesant que l’OL n’aura pas le droit à l’erreur le 23 novembre, sous peine de se mettre à dos ses virages pour un long moment cette saison. Si le soutien actuel des kops stéphanois vis-à-vis de leur équipe est total, ceux-ci devront se contenter, comme à chaque fois depuis avril 2013, de fêter le départ du bus des joueurs depuis L'Etrat (Loire). La commission de discipline de la LFP a en effet décidé mercredi de sanctionner les supporters de l'ASSE, privés de l’un de leurs deux matchs de l’année.