OL-ASSE: «Pas envisageable de vivre un énième derby à la télévision»… Les supporters stéphanois seront-ils enfin à Lyon?

FOOTBALL Privés de derby à Lyon depuis plus de cinq ans, les supporters de l’ASSE viennent de publier un communiqué afin de pouvoir enfin découvrir le Parc OL, le 23 novembre…

Jérémy Laugier

— 

Pour trouver trace d'une photo d'un parcage stéphanois lors d'un derby disputé à Lyon, il faut remonter au 28 avril 2013 à Gerland (1-1).
Pour trouver trace d'une photo d'un parcage stéphanois lors d'un derby disputé à Lyon, il faut remonter au 28 avril 2013 à Gerland (1-1). — CYRIL VILLEMAIN/20 MINUTES/SIPA
  • Depuis le 28 avril 2013, les supporters stéphanois n’ont pas assisté au moindre derby chez leur voisin lyonnais.
  • Les différents groupes de fans des Verts viennent de diffuser un communiqué pour rappeler leur détermination à se rendre à Décines le 23 novembre, avec ou sans place.
  • Guère emballé par leur éventuelle venue, Jean-Michel Aulas estime que les supporters de l’ASSE « ne sont pas les plus respectueux des règles ni des installations ».

Des supporters de l’ASSE ont enfin découvert le parcage visiteur du Parc OL samedi, près de trois ans après son ouverture. Comme l’a confirmé Jean-Michel Aulas au Progrès, une vingtaine de Stéphanois ont en effet assisté au match nul (1-1) entre l’OL et Bordeaux à Décines, en raison de la forte amitié entre Magic Fans et Ultramarines bordelais. Mais pour ce qui est du derby, programmé cette saison le vendredi 23 novembre (20h45), le peuple vert sera-t-il cette fois de la partie ?

Depuis un électrique rendez-vous à Gerland le 28 avril 2013 (1-1), les supporters stéphanois ont toujours été soit interdits de déplacement pour le derby, soit limités à une jauge (moins de 800 places) jugée insuffisante et les poussant à annuler leur venue. Magic Fans, Green Angels, USS et indépendantistes stéphanois ont publié un communiqué dimanche pour regretter ce constat de « cinq ans et demi d’interdiction pour le match le plus prestigieux du championnat ».

Les Stéphanois prêts à se rendre à Lyon, avec ou sans place

« Avant 2013, nous allions au derby en bus avec des quotas de places que nous estimons acceptables, allant de 1.200 à 2.400. Si ce déplacement était possible dans ces conditions pendant des décennies, pourquoi ne l’est-il plus aujourd’hui ? », pointent les différents groupes de supporters, tout en évoquant « des quotas ridicules » lors des dernières saisons.

Fixant leurs conditions, ils demandent aux autorités 1.800 places comme en avril 2013. S’ils n’obtiennent pas gain de cause, ils appellent « tous les amoureux des Verts à se rendre au derby, avec ou sans place ». Une initiative ressemblant à celle du déplacement à Monaco en mai dernier, malgré un arrêté ministériel de la Principauté pour leur interdire l’accès au stade Louis-II. Les supporters de l’ASSE résument ainsi leur attachement à ce match si particulier, disputé à 60 kilomètres de Sainté.

Il n’est pas envisageable pour nous de vivre un énième derby devant notre télévision. Faisons donc en sorte que les jeunes générations puissent découvrir les matchs qui font vibrer tout un pays depuis de nombreuses années. Redonnons de la couleur à ce derby si fade depuis un certain temps. »

« Mieux vaut avoir des supporters encadrés dans une tribune identifiée »

Le directeur général du club, Frédéric Paquet, annonce dans Le Progrès viser « entre 1.500 et 2.000 places » pour des supporters qu’il estime « responsables ». « Pour Lyon, mieux vaut avoir des supporters encadrés dans une tribune identifiée du stade, qu’essaimés un peu partout », précise-t-il, dans une référence à peine voilée aux débordements récemment constatés durant OL-OM à Décines.

Conscient que la décision reviendra au préfet du Rhône et au ministère de l’Intérieur, Jean-Michel Aulas n’a pas affiché autant d’enthousiasme à l’idée d’accueillir pour la première fois les fans des Verts au Parc OL.

La Ligue et la FFF reprochent beaucoup de choses aux supporters stéphanois sur l’usage des fumigènes. Je ne prends pas parti. S’il y a la possibilité qu’ils viennent en étant très encadrés, je ne m’y opposerai pas sur un plan personnel. Mais pour le moment, ce ne sont pas les plus respectueux des règles ni des installations, et le handicap est double si en plus ils viennent perturber les groupes adverses, et notamment ceux de Lyon qui respectent ces règles. »

Au vu des incidents causés par les supporters lyonnais lors du mémorable dernier derby (0-5) à Geoffroy Guichard, en novembre 2017 (sièges arrachés, WC et portes défoncés, banderole insultante…), et ayant « scandalisé » le préfet de la Loire, Evence Richard, cette sortie de JMA ne manquera pas de faire monter la pression dans les trois prochaines semaines.