ASSE: Pourquoi les Stéphanois pourraient être plombés par leur défense, «le secteur le moins bien fourni»

FOOTBALL Vainqueurs pour la première fois depuis le 11 août, samedi contre Caen (2-1), les Verts ont notamment affiché une nouvelle fois des carences derrière. Et Mathieu Debuchy s’est encore blessé…

Jérémy Laugier

— 

Mathieu Debuchy, ici au duel avec le Caennais Casimir Ninga, s'est à nouveau blessé samedi soir.
Mathieu Debuchy, ici au duel avec le Caennais Casimir Ninga, s'est à nouveau blessé samedi soir. — JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
  • Si l’ASSE (7e) a raccroché le bon wagon grâce à son succès samedi contre Caen (2-1), Jean-Louis Gasset s’inquiète de la rechute de Mathieu Debuchy (cuisse).
  • L’entraîneur stéphanois le reconnaît : le secteur défensif est « le moins bien fourni » dans son effectif, l’accent ayant été mis sur l’attaque lors du mercato.
  • Voici pourquoi ce déséquilibre pourrait coûter cher aux Verts cette saison.

Certes, il n’y a pas d’urgence comme à Noël 2017, lorsque l'ASSE affichait la 19e défense de Ligue 1 (33 buts concédés en 19 journées), notamment après des raclées mémorables dans le Chaudron contre l’OL (0-5) et Monaco (0-4). Mais les Verts, vainqueurs dans la douleur de Caen samedi (2-1), ne donnent guère de garanties derrière.

Recrues majeures l’hiver dernier pour rectifier le tir (deuxième défense en phase retour avec deux fois moins de buts subis), Neven Subotic et Mathieu Debuchy sont pourtant restés dans le Forez, tout comme le capitaine Loïc Perrin et le tonique latéral brésilien Gabriel Silva. Ajoutez à ce quatuor le prêt bien senti de  Timothée Kolodziejczak et vous aurez sur le papier de quoi tenir la route en Ligue 1.

Quatre départs dans le secteur défensif cet été et une seule recrue

Sur le papier donc, car la seule véritable satisfaction de ce début de saison est le polyvalent « Kolo ». Buteur décisif contre Caen (2-1, 65e) samedi, le double vainqueur de la Ligue Europa avec Séville apporte vitesse et justesse technique dans une zone de jeu où l’ASSE en manque cruellement. Tonitruant en fin de saison passée (4 buts inscrits en 15 titularisations), Mathieu Debuchy pourrait présenter ces caractéristiques. Sauf que le latéral droit de 33 ans vient d’enchaîner entorse à la cheville et pépins musculaires à deux reprises à la cuisse.

L’ancien Gunner devrait donc déjà manquer son troisième match en 2018-2019, mardi (21 heures) à Toulouse. « C’est le point noir de cette soirée car cette blessure intervient dans le secteur où on est le moins bien fourni », regrette Jean-Louis Gasset. Plus encore que la rechute de Mathieu Debuchy ou que la rarissime boulette de Stéphane Ruffier face à Caen, la plus grosse interrogation de la défense stéphanoise (qui s’est séparée cet été de Théophile-Catherine, Lacroix, Pierre-Gabriel et Janko) concerne l’axe Perrin-Subotic.

Saliba et Panos bientôt propulsés dans le grand bain ?

Les deux joueurs sont jusque-là apparus assez lents et empruntés, très loin de la sérénité affichée de janvier à mai 2018. Si bien que Jean-Louis Gasset pourrait être tenté de replacer Kolodziejczak dans l’axe pour combler des lacunes jusque-là plus criantes mais peu pénalisées en chiffres (7 buts concédés en 6 journées). Enfin, il devra déjà attendre le retour de Mathieu Debuchy pour cela.

« On a quatre défenseurs valides pour quatre places, plus des jeunes, indique l’entraîneur stéphanois, ne comptant donc pas dans ses rotations potentielles Cheikh Mbengue et Pierre-Yves Polomat, qui n’ont pas trouvé de porte de sortie cet été. Ça va donc peut-être précipiter leur rentrée. » Déjà apparus dans le groupe depuis la reprise, William Saliba (17 ans) et Mickaël Panos (21 ans) pourraient donc être amenés à bientôt faire leurs débuts chez les pros. Et ce grâce à un mercato résolument tourné vers l’attaque.