ASSE-Monaco: «Je ne reconnais plus mon club», avoue Roland Romeyer après les débordements et les sept policiers blessés

FOOTBALL Le président du directoire stéphanois a très mal vécu la soirée cauchemardesque de son club vendredi...

Jérémy Laugier

— 

Des affrontements entre ultras stéphanois et forces de l'ordre ont eu lieu autour du stade Geoffroy-Guichard vendredi soir après ASSE-Monaco (0-4).
Des affrontements entre ultras stéphanois et forces de l'ordre ont eu lieu autour du stade Geoffroy-Guichard vendredi soir après ASSE-Monaco (0-4). — ROMAIN LAFABREGUE / AFP
  • Un mois après le derby, l’ASSE a vécu une soirée au moins aussi sombre vendredi, avec une nouvelle claque (0-4) contre Monaco et surtout des affrontements entre ses ultras et les forces de l’ordre.
  • Roland Romeyer est revenu sur la crise actuelle dans une interview publiée par « L’Equipe » ce dimanche.

La crise pourrait difficilement être plus profonde à Saint-Etienne. Entre une série dramatique en Ligue 1 (3 nuls et 6 défaites sur les 9 derniers matchs), une humiliation historique dans le derby (0-5), le départ précipité d’Oscar Garcia et la soirée cauchemardesque de vendredi (0-4 contre Monaco), l’ASSE est vraiment au bord du gouffre.

Sur le podium à la mi-octobre, le club est désormais 16e, avec sur le banc un Julien Sablé au bilan jusque-là inquiétant (2 nuls et 4 revers très nets). Mais le plus grave s’est déroulé aux abords du stade Geoffroy-Guichard, avec des échanges de fumigènes et de gaz lacrymogène. Suspendus en raison de l’envahissement de terrain face à l’OL, environ 150 ultras ont en effet provoqué un véritable chaos après la rencontre.

>> A lire aussi : Incidents après le match entre Saint-Etienne et Monaco

Trois ou quatre arrivées lors du mercato hivernal

Roland Romeyer a ainsi confirmé à L’Equipe que sept policiers ont été blessés durant ces débordements, « dont un avec une main très abîmée » (nécessitant une vingtaine de jours d’ITT). « Ces affrontements d’une telle violence m’ont vraiment choqué, confie le président du directoire de l’ASSE. Je suis déçu du comportement des ultras. Ça me rend triste car Saint-Etienne, ce n’est pas ça. Je ne reconnais plus mon club. Au niveau de l’image, il a pris un sacré coup. »

Roland Romeyer, qui regrette de s’être emporté contre l’arbitre du match face à Monaco après la sévère expulsion de Stéphane Ruffier, tient à lancer « un appel au calme et à la raison », avant le dernier match de l’année 2017 mercredi (20h50) à Guingamp. « Nous sommes tous malheureux. Les joueurs ont besoin de sérénité et de confiance car tout part du terrain. On ne les reconnaît plus. Ils jouent avec le frein à main et la peur, la peur, la peur… C’est très grave. » La trêve et le mercato hivernal, qui s’annonce crucial « avec 4 ou 5 départs et 3 ou 4 arrivées », permettra-t-elle aux Verts de reprendre leurs esprits ?

>> A lire aussi : Saint-Etienne: «Ça fait chier», Moulin et les Verts complètement au fond du seau