VIDEO. Ligue des champions: On a retrouvé le grand Neymar, et contre le Celtic il a payé sa tournée générale

FOOTBALL Après plusieurs matchs moins flamboyants ces derniers temps, Neymar a sorti une prestation de grande classe face au Celtic...

Aymeric Le Gall

— 

Neymar, c'est du grand art.
Neymar, c'est du grand art. — FRANCK FIFE / AFP

De notre envoyé spécial, au Parc des Princes

Il est de retour, l’animal. Auteur d’un match monstrueux lors de la balade du PSG contre le Celtic, mercredi soir au Parc des Princes, Neymar a fait taire le semblant de critiques qui commençait doucement à pointer le bout de son nez dans la presse sportive française. Il faut dire qu’avant ce récital européen contre des Ecossais en position fœtus, le Brésilien était clairement en dedans depuis quelques matchs.

>> A lire aussi : Le PSG humilie le Celtic, régale le Parc des Princes et fait péter un nouveau record

Si on regarde ça de plus près, son dernier match de barjot remonte au 30 septembre dernier, lors de la fessée infligée aux Girondins de Bordeaux au Parc des Princes. Ça fait donc plus d’un mois et demi – autant dire une éternité pour un joueur de sa classe – que Neymar ne nous avait pas fait baver de plaisir.

Plus exigeant avec les très grands

Vous allez dire qu’on est sévère, trop exigeant avec lui, et c’est pas faux. Mais c’est bien connu, on est toujours plus exigeant avec les personnes dotées d’un talent hors norme qu’avec le reste de la clique. Très moyen à Dijon (comme la plupart de ses coéquipiers), passé plus ou moins au travers de son Clasico, clairement en dessous contre Nantes, bon-mais-sans-plus en Ligue des champions lors de la double confrontation face à Anderlecht, Neymar se contentait du minimum syndical depuis un petit bout de temps.

>> A lire aussi : Le PSG fait dérouiller Glasgow, record de buts en prime (7-1), revivez la boucherie en direct

Marqué aux larmes par les rumeurs de certains médias qui évoquaient de fortes tensions avec Unai Emery, le n°10 du PSG a remis les choses à leur place, sur et hors du terrain. Et contre le Celtic, mercredi, la classe du joueur a éclaboussé le public du Parc des Princes. Auteur d’un doublé en moins de quinze minutes (9e et 22e), c’est lui qui a sorti le PSG de la semi-galère dans laquelle il s’était mis en concédant l’ouverture du score en tout début de rencontre.

C’est encore lui qui, après avoir été à l’origine de l’action, a tapé un sprint pour dévier de l’épaule droite la caresse de Dani Alves et offert une passe dé' à Cavani sur le troisième but parisien (28e). Pendant tout le match ou presque, Neymar a fait frissonner le Parc de plaisir, comme sur ce petit pont orgasmique glissé entre les jambes d’un pauvre Ecossais dont l’âme a été aspirée par le magicien. Et que dire de ses ouvertures en chocolat pour Cavani (26e) et Mbappé (41e) ? Rien, il faut juste savourer.

Et si la presse s’était interrogée sur son hygiène de vie après sa sortie en boîte de nuit samedi, connaissant bien les penchants du joueur pour les javas entre potes, c’était bien la seule. En père de famille à la cool, Unai Emery avait tenu avant le match contre le Celtic à défendre son surdoué : « Il est jeune, quand il a du temps hors du travail, hors du football, il peut profiter avec ses amis. Il est venu hier (lundi) à l’entraînement et s’est très bien entraîné. »

>> A lire aussi : Pour Emery, Neymar fait ce qu'il veut de ses soirées du moment qu'il est en forme sur le terrain

La démonstration de Neymar contre les Ecossais a finalement donné raison à l’entraîneur parisien, qui a qualifié son match d’« extraordinaire » en conférence de presse après la rencontre. C’est sûr que si le Brésilien nous claque des trucs comme ça à chaque fois qu’il part faire la bringue sur le dancefloor parisien, le PSG va continuer de lui demander de payer sa tournée.