Euro 2016: «Cristiano Ronaldo pleurait dans le vestiaire quand il perdait un match», raconte László Bölöni

FOOTBALL Le technicien roumain est celui qui a lancé la carrière professionnelle de CR7, au Sporting Portugal...

Propos recueillis par Jeremy Goujon
— 
Cristiano Ronaldo doit « se réveiller », selon son ancien mentor László Bölöni.
Cristiano Ronaldo doit « se réveiller », selon son ancien mentor László Bölöni. — Nivière / Sipa

À Rennes,

Ex-entraîneur de Nancy, Rennes et Monaco (entre autres), László Bölöni livre à 20 Minutes son sentiment sur les déclarations polémiques de son ancien protégé, Cristiano Ronaldo, après le nul du Portugal face à l’Islande (1-1).

Cristiano Ronaldo a fustigé la « petite mentalité » des Islandais. Le genre de phrase qui fait un peu « mauvais perdant ». Il était déjà comme ça au Sporting Portugal, où vous l’avez lancé en 2002 ?

Déjà, je n’ai pas encore vu un joueur heureux quand l’équipe adverse gagne [ou accroche l’un des potentiels favoris de l’Euro, dans le cas présent]. Quand on dit qu’on est « bon perdant », ou lorsqu’on applaudit quand l’autre a gagné, c’est n’importe quoi. Tous les joueurs sont de mauvais perdants ! Du coup, je ne condamne pas Cristiano Ronaldo, mais en même temps, je ne le félicite pas pour s’être préoccupé de la façon de jouer des Islandais. La vérité, c’est que le jeu du Portugal était loin d’exprimer la concentration et l’ardeur attendues.

>> A lire aussi : VIDEO. Euro 2016: Une hôtesse tape dans l’œil de Cristiano Ronaldo et fait tout pour le revoir

Et au Sporting, il l'exprimait comme ça, sa frustration ?

À l’époque, il pleurait dans le vestiaire quand il perdait un match. Il était déjà très émotif, parce que c’est un grand. Mais encore une fois, on ne va pas le condamner pour cette déclaration. Il a pu dire ça sous le coup de la nervosité, peut-être n’était-il d’abord pas satisfait de sa propre performance. Le moment est venu pour lui de se réveiller, car le dernier match de poule [le 22 juin à Lyon] peut être décisif pour les Portugais, pas pour les Hongrois.

Comment expliquer qu’un joueur aussi fort soit moins efficace en sélection, notamment dans les grandes compétitions, qu’en club ?

Il n’a pas les mêmes adversaires, les mêmes coéquipiers, ni le même rôle qu’au Real Madrid. Il y a une certaine fatigue mentale, aussi. On attend toujours quelque chose d’un joueur comme Cristiano. Quand son équipe gagne sans qu’il marque de but, on l’accuse tout de suite d’être jaloux. Ce n’est pas facile d’être à sa place… même si je veux bien être à la place de Monsieur Ronaldo (sic). Mais je ne voudrais pas seulement me focaliser sur lui. Globalement, les joueurs portugais n’ont, pour l’instant, pas réussi à démontrer leur savoir-faire et leur génie avec la sélection.