Coupe du monde 2022 : « On a appris à mieux se connaître », Rabiot évoque sa relation mouvementée avec Deschamps

football Quatre ans après son refus d’être réserviste pour le Mondial en Russie, le milieu de terrain est un élément indispensable des Bleus dans l’aventure qatarie

Nicolas Camus
— 
Didier Deschamps et Adrien Rabiot en discussion à Clairefontaine avant de décoller pour le Qatar, le 14 novembre 2022.
Didier Deschamps et Adrien Rabiot en discussion à Clairefontaine avant de décoller pour le Qatar, le 14 novembre 2022. — AFP

Rayonnant. Voilà le mot qui colle le mieux à Adrien Rabiot depuis le début de cette Coupe du monde. Indispensable sur le terrain, où il permet à Kylian Mbappé d’évoluer avec beaucoup de liberté sur le côté gauche, et « bon vivant » en dehors, comme l’a défini Ibrahima Konaté ce mercredi. « Il rigole avec tout le monde, on peut parler de tout avec lui, c’est agréable », a ajouté le défenseur de Liverpool à propos d’un joueur qu’il ne connaissait pas bien avant cette aventure au Qatar.

On n’aurait pas cru écrire ça quelques années en arrière, quand le milieu de terrain traînait l’image d’un joueur égoïste, veillant d’abord à être positionné là où il le souhaitait sur le terrain avant de penser au collectif. Il traînait comme des boulets ses sorties sur son refus de jouer sentinelle au PSG ou sur le froid qui l’avait démotivé lors d’un match des Bleus en Bulgarie. Et puis le point d’orgue, sa lettre à Didier Deschamps lui expliquant qu’il rejetait le rôle de réserviste pour le Mondial 2018.



Son départ à la Juventus en 2019 lui a fait du bien, et après être resté à la cave pendant deux ans en équipe de France, DD l’a rappelé. Les forfaits de Paul Pogba et N'Golo Kanté lui offrent aujourd’hui un premier rôle, qu’il tient à merveille. La relation avec le sélectionneur s’est réchauffée, en témoigne ce que ce dernier disait de lui après France-Australie : « C’est un joueur d’équilibre, intelligent, il a le volume. Il récupère des ballons, il a un bon jeu de tête, avait énuméré le sélectionneur. Il marque des buts aussi, même si je le freinais à la fin, parce qu’il voulait aller encore devant. Il ne va pas tout faire seul, mais le fait d’avoir Adrien à ce niveau, c’est très important pour nous. »

Présent ce mercredi en conférence de presse, Adrien Rabiot est revenu en longueur sur ses rapports avec Deschamps. Eclairant.

« Il s’est passé deux ans où on n’a pas eu de contact du tout, avant que je revienne en 2020. Quand je suis revenu, on a tout de suite discuté et ça s’est très bien passé. Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre, mais on a eu une très bonne relation tout de suite. De sélection en sélection, la relation s’est améliorée, on a appris à mieux se connaître, il me comprend mieux, il connaît ma personnalité, on est beaucoup plus proches. »

Dans l’intervalle, DD lui-même a changé dans son management, l’expérience aidant. L’ancien coach de la Juve et de l’OM prend, encore plus qu’avant, du temps pour discuter en tête à tête avec ses joueurs. Chacun trouve ainsi plus facilement sa place dans le projet collectif. Rabiot, 27 ans aujourd’hui, en a davantage conscience.

La fête à DD

« Avec la fonction, avec le temps, il est certainement plus serein, il aborde certains sujets plus facilement avec la génération actuelle, a relevé le milieu de terrain. Je le trouve vraiment très ouvert, détendu, même pendant une compétition comme ça. En 2016, j’avais un autre œil, j’étais plus jeune, je vois vraiment maintenant qu’il a cette facilité dans la relation humaine et je pense que c’est un point très important. C’est pour cela qu’il y a cette osmose. »

Après les belles paroles d’Antoine Griezmann vendredi ( « chaque action c’est comme un merci que je lui envoie, qu’il soit fier de son numéro 7 »), voilà un nouvel hommage pour Didier Deschamps, semble-t-il à son apogée en matière de management. Ce n’est pas Noël Le Graët qui dira le contraire.