Coupe du monde 2018: «Une force qui nous guide depuis le début», Lloris assure que les Bleus sont prêts

FOOTBALL L'équipe de France croit fort en elle avant le match le match que tout le monde attend...

N.C.

— 

Hugo Lloris lors de France-Belgique en demi-finale de Coupe du monde, le 10 juillet 2018.
Hugo Lloris lors de France-Belgique en demi-finale de Coupe du monde, le 10 juillet 2018. — SIPA

De notre envoyé spécial à Moscou,

Ça y est, c’est le moment. L’équipe de France est désormais à 24 heures tout pile de disputer une finale de Coupe du monde. La tension commence à nous chatouiller le ventre, alors on imagine que les joueurs aussi. Même si on n’espère pas. Hugo Lloris nous a plutôt rassurés en conférence de presse ce samedi. « Je ne sais pas si on a véritablement conscience de notre parcours, mais c’est mieux ainsi, a dit le capitaine des Bleus. Les mots du coach sont importants, mais l’équipe est assez tranquille, la force qui nous guide depuis le début est là. Le match le plus important de notre carrière nous attend, on est prêts à relever le défi. »

Voilà qui est plutôt une bonne nouvelle. Surtout, le discours ne semble pas n’être qu’une façade. Il y a une vraie tranquillité qui se dégage de Lloris, comme de Pogba, Matuidi et Griezmann, qu’on a vu à Istra ces derniers jours. Certains pensent que cela cache un excès de confiance. Comme si ces Bleus avaient déjà gagné. « L’euphorie n’est pas là, je ne la ressens pas, assure Didier Deschamps. Il y a seulement trois mots pour préparer ce match : sérénité, confiance, concentration. Avec un bon dosage entre les trois. »

« On est au courant de ce qui se passe en France, mais on est dans notre bulle, ajoute son gardien. Loin de nous l’idée de s’y croire déjà. » Pour ceux qui étaient là, la finale de l’Euro 2016 reste une blessure. Et une bonne piqûre de rappel pour tout le monde, on l’a assez dit ces derniers jours. « On sait d’où on vient, on a fait énormément d’efforts pour en arriver là », rappelle Lloris. Sous-entendu, il est hors de question de tout gâcher, cette fois.

Le plaisir, même dans le match le plus important du monde

Mais assez de pression comme ça, le capitaine a mis en avant un point essentiel à ne pas oublier, même si on parle du match le plus important du monde : « le plaisir ». « Il faut le souligner, c’est un élément important dans cette finale, assène-t-il. Le sourire permet d’avoir cette énergie positive, d’avoir le recul nécessaire pour aborder ce genre de contexte ». C’est marrant, on en parle assez rarement, en fait. Et on adore cette façon de voir les choses.