JO 2020: Le CIO menace de retirer la boxe du programme olympique

JEUX OLYMPIQUES La boxe est présente au programme olympique depuis les Jeux de 1904…

20 minutes avec AFP

— 

Le président de commission exécutive du CIO, Thomas Bach, lors d'une conférence de presse le 21 juin 2016 à Lausanne
Le président de commission exécutive du CIO, Thomas Bach, lors d'une conférence de presse le 21 juin 2016 à Lausanne — FABRICE COFFRINI AFP

« Extrêmement inquiet » des problèmes de gouvernance à la Fédération internationale de boxe amateur (AIBA), le CIO menace de retirer la boxe du programme des jeux Olympiques de Tokyo en 2020.

En début de semaine, le CIO s’était déjà dit « extrêmement préoccupé » par la nomination du sulfureux Gafur Rakhimov, homme d’affaires ouzbek, à la présidence de l’AIBA, en proie à une crise de gouvernance depuis des mois.

« Nous sommes extrêmement inquiets à propos de la gouvernance de l’AIBA. […] Le CIO se réserve le droit de réexaminer la présence de la boxe aux jeux Olympiques de la Jeunesse à Buenos Aires (en octobre 2018) et aux jeux Olympiques de Tokyo 2020 », a déclaré dimanche le président du CIO, Thomas Bach.

>> A lire aussi : Dopage: Thomas Bach clashe le TAS, qui a décidé de blanchir des sportifs russes bannis à vie

L’AIBA demande « davantage de temps »

L’instance olympique a confirmé dimanche qu’ elle suspendait toutes ses aides financières à la Fédération de boxe, sport olympique depuis 1904 et les Jeux de Saint-Louis.

« Cette décision est extrêmement décevante pour l’AIBA car elle espérait que la commission exécutive du CIO aurait compris que les processus nécessaires pour mettre en oeuvre encore plus de mesures nécessitent davantage de temps et que les mesures positives déjà prises récemment témoignent des efforts vigoureux et de la volonté de réforme de l’AIBA », a réagi la Fédération.

L’AIBA explique mener un audit interne devant déboucher sur un plan de refondation de son organisation qui sera discuté en juillet lors de la réunion de son comité exécutif, et affirme qu’une partie de ces conclusions sera transmise au CIO dans le cadre du rapport qui doit lui être rendu le 30 avril prochain.

>> A lire aussi : Levallois-Perret: Une bagarre générale éclate dans le public lors d'un tournoi de boxe

Un « criminel majeur » à la tête de la Fédération

Au centre de la controverse, on retrouve Gafur Rakhimov, un homme d’affaires ouzbek de 66 ans, nommé fin janvier président par intérim de l’AIBA jusqu’aux prochaines élections de novembre.

Selon l’administration américaine qui a gelé ses biens, Rakhimov est lié au milieu du crime organisé aux Etats-Unis. Le mois dernier, le Département du Trésor américain avait assuré que l’Ouzbek faisait partie des « criminels majeurs » de son pays en raison de son implication dans le « trafic d’héroïne ».