Serguei Bubka aurait versé de l'argent à un dirigeant russe suspendu pour corruption

CORRUPTION L'ancien champion olympique de saut à la perche pourrait être en lien avec les soupçons de corruption qui pèsent sur l'attribution des JO 2016 à Rio, selon Le Monde...

N.C.

— 

Sergueï Bubka à Lima, au Pérou, le 11 septembre 2017.
Sergueï Bubka à Lima, au Pérou, le 11 septembre 2017. — CHINE NOUVELLE/SIPA

Au tour de Sergueï Bubka ? Le Monde révèle mercredi que l’ancien champion olympique de saut à la perche, désormais membre du comité exécutif du CIO et vice-président de la Fédération internationale d’athlétisme, aurait effectué un versement d’argent suspect à Valentin Balakhnichev, l’ancien patron de la Fédération russe d’athlétisme et trésorier de l’IAAF, suspendu à vie par l’IAAF en janvier 2016.

Selon Le Monde, Bubka a versé le 18 juin 2009 45.000 dollars à la société New Mills Investments Ltd, une société offshore domiciliée dans un paradis fiscal des Antilles dont l’ayant droit est Balakhnichev.

>> A lire aussi: Les soupçons de corruption? «Il n'y a aucune responsabilité collective du CIO», balaye Bach

La veille, la même somme avait été virée depuis le compte de New Mills Investments vers Pamodzi Sports, une société appartenant à Papa Massata Diack, le fils de l’ancien président de l’IAAF visé par un mandat d’arrêt international dans le cadre de deux enquêtes pour corruption.

Selon l’avocat de Sergueï Bubka, cette somme correspond à un travail de consultant

Selon l’avocat de Sergueï Bubka, Louis Charalambous, cette somme correspond à un travail de consultant réalisé par Valentin Balakhnichev pour une compétition de saut à la perche dont l’Ukrainien s’occupe. Mais ces deux transactions financières sont d’autant plus douteuses qu’elles ont été effectuées alors que les délégations de Rio de Janeiro, Chicago, Madrid et Tokyo étaient en train de passer leur dernier oral devant les membres du CIO à Lausanne en vue de l’attribution des JO 2016. La police brésilienne a annoncé mardi l’ouverture d’une enquête pour corruption à ce sujet.