Roland-Garros reste à Paris

TENNIS Le vote de la Fédération vient d'avoir lieu...

A.M. avec Reuters

— 

La mairie de Paris a présenté mercredi son projet de maintien de Roland-Garros dans la capitale avec un "équipement polyvalent", une enceinte qui pourrait accueillir un court de tennis pendant le tournoi et d'autres manifestations à l'année, dans le jardin des serres d'Auteuil (XVIe).
La mairie de Paris a présenté mercredi son projet de maintien de Roland-Garros dans la capitale avec un "équipement polyvalent", une enceinte qui pourrait accueillir un court de tennis pendant le tournoi et d'autres manifestations à l'année, dans le jardin des serres d'Auteuil (XVIe). — Jacques Demarthon AFP/Archives

Il n’y pas eu de suspense. Les Internationaux de France resteront à Paris. «Les élus de la de la fédération de tennis, réunis ce week-end en assemblée générale, ont choisi le projet porté par la Ville de Paris, prévoyant l’agrandissement et la modernisation du site historique de la porte d’Auteuil, pour le nouveau stade Roland-Garros», explique un communiqué de la FFT. Dans l’ordre des votes, Paris devance Marne-la-Vallée, Versailles, et Gonesse.

L'extension du stade des Mousquetaires sur les serres d'Auteuil portera en 2016 la superficie du site à seulement 13,5 hectares. Roland-Garros reste ainsi - en termes de superficie - le plus petit des tournois du Grand Chelem.  Lors du dernier tour de l'élection, Paris - qui propose une concession de 99 ans - à recueilli en finale 70% des voix contre Marne-la-Vallée. Autres candidats à l'accueil de l'épreuve, Gonesse avait été éliminé dès le premier tour et Versailles au deuxième.

Plusieurs conséquences découlent néanmoins de ce choix, à commencer par les nombreux recours auxquels vont devoir faire face la Fédération et la ville de la part des riverains d'un côté, et des écologistes de l'autre.
 Ce choix implique également que la possibilité de quitter le Palais omnisports de Bercy pour le Masters 1000 de Paris organisé en novembre n'est désormais plus d'actualité. Une délocalisation aurait en effet permis la construction d'un court couvert permettant l'accueil d'un des tournois majeurs de la saison, qui souffre actuellement de l'exiguïté et de la vétusté du POPB. De même, le Centre national d'entraînement (CNE), actuellement au coeur du site historique, sera déplacé sur le stade Georges-Hebert situé à 500m du stade des Mousquetaires.