Racing: Pierre Berbizier aimerait «jouer avec les mêmes règles que Clermont»

RUGBY Le Manager du Racing allume les Auvergnats en conférence de presse avant de les jouer mercredi…

Propos recueillis par B.V.
— 
L'entraineur du Racing Metro Pierre Berbizier le 3 janvier 2010 à Colombes.
L'entraineur du Racing Metro Pierre Berbizier le 3 janvier 2010 à Colombes. — BERTRAND LANGLOIS / AFP

Le contentieux est loin d’être terminé entre Clermont et le Racing. Après la déclaration de Jean-Marc Lhermet, soulevant «des incohérences» dans le budget des Franciliens, Pierre Berbizier répond avec virulence, à deux jours du quatrième affrontement de la saison entre les deux équipes. Sur fond de rancœur liée à l’arbitrage lors du barrage entre Auvergnats et Franciliens, l’an passé.

Que craigniez-vous de cette équipe de Clermont?
La provocation. L’an dernier, Clermont a provoqué, a agressé et a très bien réussi. Cette fois, c’est leur manager qui dit que l’on triche sur les budgets. Si je me rappelle bien, le premier problème de l’arbitrage est venu de Clermont (un carton jaune sévère adressé à Dellape lors du barrage face au Racing) et cette année c’est encore l’affaire Cudmore (après un coup de poing sur Le Corvec) qui relance le débat. Il y a des coïncidences, on retrouve toujours Clermont. Tout leur est permis, l’institution les protège, les arbitres les protègent, ils ont raison de continuer.

Les joueurs sentent aussi cela sur le terrain?
Ils ont toujours un homme des basses œuvres sur le terrain. Si c’est pas Privat, c’est Cudmore, et l’autre qui récupère et se reprépare. Ça fait quatre ans que ça dure. Il suffit de regarder les phases finales l’an passé, Clermont a pu évoluer à un niveau d’agressivité qui la différence dans ces matchs-là. Privat marche deux fois, et sur la tête, de Perpignanais en finale. Joubert dézingue Guirado à retardement… Et en plus ils se permettent de traiter les autres de tricheurs.  L’AS Montferrand c’est l’AS Michelin. Quand on connait leur fonctionnement, comment peuvent-ils se permettre de mettre en doute le notre?

Quelle réponse allez-vous donner?

On n’a pas le droit à la réponse. Le Racing est toujours fustigé. Tout ce qu’on fait depuis trois ans semble déranger. On va essayer de donner une réponse sur le terrain, mais on aimerait jouer avec les mêmes règles, au même jeu. Je veux que mes joueurs soient plus disciplinés, car nous ce niveau d’agressivité on ne nous le tolère pas. La provocation n’est permise que d’un côté. On sait comment gagner à Clermont. L’an dernier, on gagnait au moment où se situe l’intervention divine.