Les Turcs votent en faveur d'une révision constitutionnelle qui donne plus de pouvoir aux islamistes et conservateurs

TURQUIE Et moins à l'armée et aux hauts magistrats...

avec AFP

— 

Le Premier ministre turc Recep Erdogan vote à un référendum le 12 septembre 2010.
Le Premier ministre turc Recep Erdogan vote à un référendum le 12 septembre 2010. — AP Photo/Ibrahim Usta

58% de oui selon le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan. Les Turcs ont donné dimanche une nette victoire au gouvernement islamo-conservateur, en votant clairement «oui» à une révision constitutionnelle qui limite le pouvoir de la hiérarchie judiciaire et de l'armée, deux bastions de la laïcité.

Cette consultation s'est déroulée 30 ans jour pour jour après le putsch militaire de 1980. Elle portait sur un ensemble de 26 points divers, parmi lesquels une réorganisation de l'appareil judiciaire, bastion du camp laïque, hostile au Parti de la Justice et du Développement (AKP), au pouvoir depuis 2002.

«Un pas dans ma bonne direction» 

Depuis cette date, l'AKP dirigé par M. Erdogan n'a perdu aucun scrutin. Aux dernières législatives de 2007, il avait obtenu 47% des suffrages.

L'AKP, qui est issu de la mouvance islamiste, assure que cette réforme, votée en mai au Parlement, renforce les institutions démocratiques de la Turquie et constitue un atout dans sa candidature à l'Union européenne.

Saluée par les 27 comme «un pas dans la bonne direction», la révision limite les prérogatives de la justice militaire et modifie, au profit du pouvoir, la structure de deux instances judiciaires, bastions de la laïcité et adversaires du gouvernement.