20 Minutes : Actualités et infos en direct
MEA-CULPALibre après huit mois de prison, Boris Becker reconnaît être « coupable »

Tennis : Libre après huit mois de prison, Boris Becker reconnaît être « coupable »

MEA-CULPALe sextuple vainqueur de tournois du Grand Chelem avait été condamné en avril pour des faits de fraude financière
Boris Becker lors de son arrivée au tribunal, à Londres le 29 avril 2022.
Boris Becker lors de son arrivée au tribunal, à Londres le 29 avril 2022. - Frank Augstein/AP / SIPA
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Son passage en prison aura été pour Boris Becker une expérience « douloureuse », au cours de laquelle il dit avoir craint pour sa vie. L’ex N.1 mondial de tennis a surtout reconnu mardi être « coupable » des faits de fraude financière qui l’ont conduit derrière les barreaux.

« J’ai appris une dure leçon. Une leçon très coûteuse. Très douloureuse », a affirmé la star allemande, triple vainqueur de Wimbledon, sur la chaîne de télévision Sat.1. Il s’agissait de sa première interview depuis sa sortie de détention la semaine dernière après huit mois de détention au Royaume-Uni.

« En prison, tu n’es personne »

« Bien sûr que j’étais coupable », a reconnu le sextuple vainqueur de tournois du Grand Chelem. Lors de son procès, il avait par contre plaidé la naïveté ou l’erreur de jugement. La cour avait d’ailleurs durement critiqué son manque d’acte de contrition.

Fondant plusieurs fois en larmes, l’ancien champion a raconté, dans le détail, son quotidien carcéral, fait de « faim » et de « danger extrême », et de « cours d’anglais et de mathématiques » donnés à ses codétenus. « En prison, tu n’es personne. Tu n’es qu’un numéro. Le mien était A2923EV », a-t-il ajouté. L’ancien tennisman a en outre confié avoir eu plusieurs fois peur pour sa vie, notamment lorsqu’un codétenu a menacé de le tuer, avant que « d’autres prisonniers » n’interviennent.

L’ex-champion de tennis de 55 ans a retrouvé la liberté le 15 décembre après avoir purgé une peine de prison pour des infractions financières, principalement une faillite frauduleuse. Il a immédiatement pris le chemin du retour en Allemagne. « La prison a été une bonne chose pour moi. On a le temps de beaucoup réfléchir (…) Toutes ces années, j’ai fait de nombreuses erreurs, eu de mauvais amis, je ne me suis pas assez bien organisé », a-t-il assuré.

Bientôt à Miami ou Dubaï ?

Boris Becker, qui vivait au Royaume-Uni depuis 2012, avait été condamné en avril pour avoir dissimulé ou transféré illicitement des centaines de milliers d’euros et de livres sterling pour ne pas régler ses dettes après avoir été déclaré en faillite. Il avait été condamné à deux ans et demi de prison par un tribunal londonien mais n’a purgé que huit mois. L’ancien sportif ne compte toutefois pas rester en Allemagne : « Peut-être Miami », a-t-il évoqué, affirmant aussi être « un grand fan de Dubaï ».

Cette interview n’est que la première étape du retour médiatique de l’ancien champion, qui devrait être le héros d’un documentaire présenté hors concours à la prochaine Berlinale, le festival international du film de Berlin. Le synopsis de ce film, réalisé par le cinéaste britannique oscarisé Alex Gibney, promet de raconter l’histoire d’un « jeune talent qui a conquis Wimbledon et, après avoir enflammé un pays, est tombé avec la même grandeur ».

Sujets liés