Affaire Hamraoui-Diallo : « Il fallait la blesser pour qu’elle ne puisse pas jouer », avoue l’un des suspects

FOOTBALL FEMININ L’un des suspects a reconnu, face aux enquêteurs de la PJ de Versailles, avoir porté les coups de barre de fer contre la joueuse du PSG Kheira Hamraoui, le 4 novembre 2021

J.Lau.
— 
Kheira Hamraoui, ici en mars dernier lors d'un match de Ligue des champions entre le PSG et le Bayern Munich.
Kheira Hamraoui, ici en mars dernier lors d'un match de Ligue des champions entre le PSG et le Bayern Munich. — JOHN SPENCER/SIPA

Alors qu’un cinquième homme, placé en garde à vue lundi et soupçonné d’avoir été présent sur les lieux de l’agression de la footballeuse du PSG Kheira Hamraoui le 4 novembre 2021, a été mis en examen et écroué mercredi pour violences aggravées et association de malfaiteurs, l’enquête ne cesse d’évoluer. Le Parisien révèle ainsi qu’un des suspects, un délinquant de Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) âgé de 19 ans, est passé aux aveux le 15 septembre face aux enquêteurs de la PJ de Versailles.

« Bon, je préfère vous dire toute la vérité. Je suis fatigué, je veux être honnête… C’est bien moi qui portais la barre de fer et c’est bien moi qui ai frappé Kheira Hamraoui pendant que mon complice faisait semblant de tenir en respect Aminata Diallo. J’ai donné deux coups au niveau de la jambe. »


« Aminata voulait jouer mais elle n’avait pas été choisie »

Un témoignage significatif pour faire la lumière sur la fameuse fin de soirée du 4 novembre 2021, vers 22h15 à Chatou (Yvelines), après le dîner de cohésion organisé par le PSG au Bois de Boulogne. Le suspect assurait le 15 septembre n’être qu’un maillon de la chaîne, après avoir été sollicité par le « cinquième homme » de ce commando amateur, que les enquêteurs pensent donc avoir interpellé lundi. « En fait, cette cinquième personne dont je ne souhaite pas vous fournir l’identité était en contact avec un individu qui s’est présenté comme un ami du cousin d’Aminata Diallo, a confié le suspect de 19 ans au cours de sa garde à vue. Il voulait que l’on fasse semblant d’agresser Aminata Diallo et que l’on agresse Kheira Hamraoui. »

Pour lui, le mobile était assez clair, cinq jours avant le choc de Ligue des champions au Parc des Princes contre le Real Madrid (4-0 le 9 novembre). « Je crois que c’était pour un match, évoque le jeune homme. Aminata, elle voulait jouer mais elle n’avait pas été choisie donc il fallait blesser Kheira Hamraoui pour qu’elle ne puisse pas jouer. » Mise en examen et libérée sous contrôle judiciaire, Aminata Diallo conteste jusque-là fermement avoir commandité cette opération contre son ancienne coéquipière.