Mondial féminin de basket : L’équipe malienne s’excuse après sa « dinguerie » de bagarre entre deux coéquipières

BASKET FEMININ Une violente altercation a opposé ce lundi Salimatou Kourouma (23 ans) et Kamite Elisabeth Dabou (17 ans), deux joueuses de l’équipe nationale du Mali, juste après leur défaite contre la Serbie à Sydney

J.Lau.
L'ailière Kamite Elisabeth Dabou (17 ans) fait partie des deux joueuses maliennes impliquées dans l'altercation ayant eu lieu ce lundi, après la défaite contre la Serbie.
L'ailière Kamite Elisabeth Dabou (17 ans) fait partie des deux joueuses maliennes impliquées dans l'altercation ayant eu lieu ce lundi, après la défaite contre la Serbie. — BRENDON THORNE / AFP

La joueuse serbe Sasa Cado était tranquillement en train de commenter face à un journaliste la victoire de son équipe nationale, ce lundi contre le Mali (81-68), lorsque la zone mixte de la salle olympique de Sydney est subitement devenue explosive. Deux joueuses maliennes, Salimatou Kourouma (23 ans) et Kamite Elisabeth Dabou (17 ans), sont en effet apparues non loin d’elle, encerclées par plusieurs coéquipières.



Et pour cause, les deux ailières, qui évoluent dans le championnat malien, en sont violemment venues aux mains. Dans la vidéo publiée sur Twitter, après sa diffusion par un média serbe, on voit clairement Salimatou Kourouma enchaîner des coups de poing en direction de sa jeune partenaire, la benjamine de cette Coupe du monde de basket.

« Elles regrettent profondément leur comportement »

L’équipe malienne, qui s’est inclinée lors de ses quatre premières rencontres en Australie, mais qui a par exemple posé des problèmes à l’équipe de France dimanche (59-74), espérait évidemment ne se faire remarquer que pour ses progrès sur le terrain durant cette compétition. « Je tiens à préciser que ce n’est vraiment pas l’image que nous voulions véhiculer, a ainsi réagi ce lundi sur Twitter la meneuse malienne Touty Gandega. Dieu sait qu’on s’entend bien, et là c’est malheureusement un dérapage qu’on aurait voulu éviter. »


S’excusant « auprès du peuple malien et du peuple africain », la joueuse de l’AS Aulnoye (Ligue 2 française) est bien consciente que cet épisode est « une dinguerie ». « Les petites regrettent profondément leur comportement », insiste Touty Gandega. Les regards seront sans doute davantage braqués désormais sur le dernier match du Mali dans ce Mondial féminin, mardi contre le Canada. La Fiba n’a par ailleurs pas encore indiqué si les deux joueuses concernées allaient être sanctionnées.