PSG : « Une blague de mauvaise qualité »… Christophe Galtier fait son mea culpa après la polémique du « char à voile »

FOOTBALL Après le succès sur la Juventus, l’entraîneur du Paris Saint-Germain est revenu sur l’énorme polémique engendrée par ses propos de lundi en conférence de presse

N.S.
— 
Christophe Galtier, l'entraîneur du PSG, avant le match de Ligue des champions contre la Juventus de Turin, ce mardi soir au Parc des Princes.
Christophe Galtier, l'entraîneur du PSG, avant le match de Ligue des champions contre la Juventus de Turin, ce mardi soir au Parc des Princes. — Thibault Camus / AP / Sipa

Le PSG a parfaitement lancé sa campagne de Ligue des champions en dominant la Juventus Turin au Parc des Princes ce mardi soir (2-1). Mais, une fois après avoir confié son plaisir d’avoir vu son équipe dominer la Juve pour la première fois de son histoire, Christophe Galtier n’y a pas coupé. L’entraîneur parisien a été interrogé sur la polémique qui a éclipsé la préparation du match, au point de faire réagir les trois quarts de la classe politique, comme Benoît Payan, maire de Marseille, qui a évoqué tout simplement « un crachat en pleine figure ».


« Je regrette », a répété trois fois Galtier sur Canal+, d’un air beaucoup plus grave que lundi en conférence de presse. Interrogé sur la propension du club à prendre l’avion pour de courtes distances, comme dimanche pour rallier Nantes, le technicien avait ironisé au côté d’un Kylian Mbappé hilare : « On est en train de voir si on ne peut pas faire les déplacements en chars à voile. »

« On n’est pas hors-sol »

« C’était une blague de mauvaise qualité et pas au bon moment », a réagi l’ancien coach niçois mardi, avant d’évoquer de nouveau un peu plus tard « une blague de mauvais goût ». « Croyez-moi, je suis concerné par les problèmes de climat, les problèmes de notre planète. Je sais la responsabilité que nous avons. J’ai entendu beaucoup dans la journée qu’on était hors-sol. C’est faux. On n’est pas hors-sol, on est très lucides. »



Galtier a ainsi voulu donner un exemple pratique : « J’ai des joueurs sérieux. Le club fait attention. On s’est déplacés à Lille, on a fait 2h45 de bus dans la journée et au retour [encore] 2h45 de bus. On est conscients des enjeux sur le plan climatique. »

Au milieu de cet exercice de contrition, « Galette » s’est tout de même fendu d’un « en France, ce n’est plus possible de faire de l’humour ». Avant de reprendre son bâton de pénitent. « Ma blague, elle n’était pas top et je l’ai su rapidement en rentrant à la maison. » A demain, pour une nouvelle polémique.