Jean Todt élu président de la FIA

AUTO Le nom du nouveau patron de la fédération internationale de l'automobile sera dévoilé vendredi, en début d'après-midi...

R.S. avec agence

— 

 Jean Todt, candidat à la présidence de la FIA.
 Jean Todt, candidat à la présidence de la FIA. — Reuters
Cliquez ici pour rafraîchir

14h30: Les premiers mots du nouveau président de la FIA: Jean- Todt se dit «soulagé. C'était compliqué parce que je suis un grand angoissé par nature. Malgré le soutient autour de moi, je n’étais pas sûr du résultat. Ce n’est que quand on passe la ligne d’arrivée qu’on peut célébrer la victroire.»

13h39: Les trois vice-présidents qui vont assister Jean Todt sont tous anglo-saxons: Nick Craw, Brian Gibben et Graham Stoker.

13h32:
Jean Todt a été élu avec 135 voix contre 49 à son rival, Ari Vatanen.

13h30: Pour en savoir plus sur Jean Todt, cliquez ici

13h25:
Todt élu président! Il va s'exprimer tout de suite dans une conférence de presse.

13h00:
Les résultats ne devraient pas tiomber tout de suite, car le nom du prochain président de la FIA sera annoncé après

12h47:
Le vote a duré deux heures car les représentants des 130 pays membres de la FIA ont été appelés à voter un par un. Tout le monde attend maintenant les résultats.

12h35
Le vote est clos, le dépouillement devrait prendre une heure.

12h30:
Le vote se déroule à l'hôtel Westin, à Paris, à deux pas du siège de la FIA. Jean Todt est arrivé ce matin flanqué de Michael Schumacher, un soutien de poids.

>> L'annonce du nom du nouveau président à suivre en live sur 20minutes.fr, à partir de 13h...

L'avant-vote

Depuis vendredi matin, le vote est ouvert. A l’hôtel Westin, à Paris, tout près du siège de la FIA, les 221 votants de l’assemblée générale glisseront leur bulletin dans l’urne. En faveur du Français Jean Todt, ou du Finlandais Ari Vatanen, deux hommes aujourd’hui adversaires, mais très proches par le passé. Dans les années 1980, Todt fit courir l’ancien pilote dans le championnat du monde des rallyes sur une Peugeot. Mais à 13h, seul l’un d’entre eux, succèdera à Max Mosley à la tête de l’instance dirigeante du sport auto.
 
Pour prendre la place du Britannique, qui a enchaîné quatre mandats de quatre ans, Todt et Vatanen n'ont pas ménagé leurs efforts l'été dernier, courant d'un Grand Prix F1 à un rallye WRC, sillonnant le Moyen-Orient et l'Afrique, comme Vatanen, ou accumulant les soutiens des plus grands noms du sport auto, comme Todt.
 
La voie royale pour Todt?
 
Les deux candidats visent la présidence d'une énorme machine créée en 1904. Un siècle plus tard, les décisions de la FIA ont un impact financier colossal, notamment pour les constructeurs engagés en sport automobile. Très critique sur le fonctionnement actuel de la FIA, l'ex-pilote Vatanen a mené une campagne radicalement différente de celle de l'ancien copilote Todt. Parlant volontiers de «changement», de «transparence» et de «démocratie», il a même comparé son parcours, toutes proportions gardées, à celui de Barack Obama.
 
De son côté, Todt, parfois surnommé «Napoléon», a toujours semblé sûr de sa force et de son CV de grand dirigeant. Très soutenu par Max Mosley et les grandes fédérations européennes, il a joué sur du velours et promis «une FIA différente», même s'il est le garant d'une certaine continuité. Selon son entourage, il était déjà crédité de 82% des intentions de vote, jeudi soir…