Mondiaux d'athlétisme : Gros problèmes de visa pour rejoindre les Etats-Unis, certains athlètes déclarent forfait

ATHLETISME Certains athlètes ont des difficultés pour rejoindre les Etats-Unis pour les Mondiaux, qui commencent vendredi, faute de visa reçu à temps.

A.H.
— 
Le Kenyan Ferdinand Omanyala a annoncé qu'il ne se rendrait pas aux Etats-Unis faute d'avoir obtenu un visa dans les temps.
Le Kenyan Ferdinand Omanyala a annoncé qu'il ne se rendrait pas aux Etats-Unis faute d'avoir obtenu un visa dans les temps. — Gary Mitchell/Shutterstock/SIPA

Edit, le 14/07 à 14 h : Ferdinand Omanyala a finalement obtenu jeudi son visa pour les Etats-Unis, in extremis. Il a prévu de s'envoler ce jeudi soir et espère rallier à temps Eugene en Oregon pour être au départ de sa compétition qui débute vendredi soir, par les séries.

Le 100 m des Mondiaux a perdu l’un de ses prétendants : le Kényan Ferdinand Omanyala, détenteur du record d’Afrique, a renoncé jeudi à faire le voyage vers Eugene (Oregon), faute d’avoir obtenu son visa pour les Etats-Unis. « Je renonce à mon voyage, même si j’obtiens un visa aujourd’hui, c’est trop tard, a-t-il déclaré à l’AFP. Cela voudrait dire prendre des vols de nuit et ma compétition débute [vendredi]. C’est terminé. Il n’y a rien que je puisse faire. Ce fut le plus long jour d’attente [de ma vie] et je n’aime pas attendre. »

Le nombre exact de membres de la délégation kényane n’ayant pas obtenu de visa n’était pas immédiatement disponible. Une partie de l’équipe s’est envolée mardi pour les Etats-Unis. Omanyala n’est pas le seul à avoir rencontré des problèmes pour obtenir son visa pour les Etats-Unis. Le Jamaïcain Gregory Prince, spécialiste du 400 m, a ainsi dû retarder son départ pour les Etats-Unis avant d’obtenir son visa, selon le quotidien jamaïcain The Gleaner.

« C’est ridicule ! »

Les organisateurs des Mondiaux 2022, les premiers organisés aux Etats-Unis depuis la création de l’épreuve en 1983, ont indiqué qu’ils « travaillaient en collaboration avec le comité olympique et paralympique américain sur la question de l’attribution des visas », dans un communiqué publié mercredi. « La plupart [des problèmes] ont été résolus », ont-ils indiqué, en rappelant que « les voyages internationaux sont devenus plus compliqués en raison de la pandémie ».


De nombreux athlètes se sont plaints sur les réseaux sociaux de ce problème, dont la sprinteuse ivoirienne Marie-José Ta Lou : « En tant qu’athlète, vous travaillez dur pour être qualifié pour le championnat du monde "uniquement" pour avoir un problème de visa pour ne pas pouvoir voyager ou pouvoir voyager et arriver le jour même de votre course. » Même le légendaire Michael Johnson y est allé de son commentaire sur Twitter : « C’est ridicule ! On sait que le visa d’entrée aux États-Unis est peut-être l’un des plus difficiles et la Fédération internationale et le comité d’organisation n’ont pas pris de l’avance ? »