Tour de France : Comment Wout Van Aert a évité la catastrophe à son équipe sur les pavés du Nord

CYCLISME Malgré une chute sur la 5e étape du Tour entre Lille et Arenberg, le maillot jaune a réussi à conserver sa tunique et a aussi permis à ses coéquipiers de limiter la casse

François Launay
— 
Wout Van Aert sur les pavés du Tour.
Wout Van Aert sur les pavés du Tour. — AFP
  • Avec les chutes de Roglic et Van Aert et le problème mécanique de Vingegaard, la Jumbo a failli perdre très gros sur l’étape des pavés.
  • Mais la course-poursuite menée par le maillot jaune belge en fin d’étape a permis à l’équipe néerlandaise de limiter les écarts sur Pogacar.

On ne va pas se mentir, la Jumbo a bien failli déjà perdre le Tour de France ce mercredi lors de  l’étape des pavés, finalement remportée par l'Australien Simon Clarke. Lorsque Jonas Vingegaard est monté sur un vélo trop haut pour lui après avoir eu un incident mécanique, tout le monde a pensé très fort que le deuxième du Tour 2021 allait perdre gros dans le Nord. Et quand, quelques kilomètres plus loin, Primoz Roglic s’est vautré sur un ballot de paille, la panique était clairement de mise dans l’équipe néerlandaise, distancée par un Tadej Pogacar impressionnant sur les pavés. 


« Tout se passait bien jusqu’au moment où Jonas a eu un problème avec son vélo. Et quelques kilomètres après, c’est Primoz Roglic qui est tombé. On n’a vraiment pas eu de chance. Une moto a fait tomber une botte de paille au milieu de la route, je l’ai évité de justesse mais Primoz est tombé. C’est comme ça mais au final, je pense qu’on sauve bien les meubles pour Jonas », raconte Christophe Laporte, le sprinter français de la Jumbo.

Van Aert est tombé en début d’étape

Si Roglic a perdu gros dans l’étape (près de deux minutes sur Pogacar), Vingegaard a su garder ses distances en ne concédant finalement que treize secondes au double vainqueur sortant du Tour. Et si le Danois garde encore espoir pour le général ce mercredi soir, c’est surtout grâce à son coéquipier Wout Van Aert. Tombé en début d’étape, le Belge n’a pourtant jamais été dans le coup pour la victoire sur les pavés.

« Au début je me sentais pas vraiment bien à l’avant du peloton, avec ces traversées de villages et ces routes étroites. Je ne voulais pas prendre de risques alors j’ai voulu reculer un peu. Et en réalité j’ai chuté, perdu un peu de terrain, mais j’ai surtout perdu confiance dans le fait de pouvoir rouler devant sur les pavés. Ce n’est pas la journée qu’on espérait avec l’équipe », a reconnu le champion belge.

Une course-poursuite impressionnante

Mais plutôt que d’abdiquer, Van Aert s’est remobilisé pour limiter les dégâts avec une course-poursuite en fin d’étape sur Pogacar qui restera dans les annales. Alors que le Slovène avait pris jusqu’à une minute d’avance sur ses principaux rivaux au classement général, le maillot jaune a su limiter la casse pour grignoter des secondes, sauver sa place de leader, et préserver les chances de son coéquipier danois pour la suite du Tour.

« Wout a fait un gros boulot après sa chute. Ce n’est pas facile de se remobiliser après une chute comme ça. Mais il a fait le coéquipier modèle. C’est bien qu’il ait su le faire car ça a beaucoup aidé l’équipe », poursuit Laporte qui n’a pas non plus donné sa part aux chiens dans le final.

« C’est un coureur qui a en lui ce qu’est le cyclisme dans sa totalité »

Toujours maillot jaune du Tour après six étapes, Van Aert continue d’impressionner. « Il a tout en lui. C’est un coureur magnifique. Il s’est donné jusqu’à la dernière goutte d’énergie dans cette poursuite. Chapeau. J’ai une admiration profonde pour ce mec-là. C’est un coureur qui a en lui ce qu’est le cyclisme dans sa totalité. Il a cette éducation cycliste qui fait de lui un coureur à part. C’est un immense coureur », lance, admiratif, Marc Madiot, le manager de Groupama-FDJ.

Revenu de nulle part en fin d’étape, le Belge ne s’enflamme pas. Même s’il est heureux de conserver son maillot jaune alors que le Tour débarque jeudi chez lui, en Belgique. « Ça a été une surprise pour moi de garder le Maillot Jaune. Je n’y pensais même plus, parce que je ne me sentais pas d’assez bonnes jambes dans le final. Mais c’est bien de le garder, je vais pouvoir en profiter demain sur les routes belges ». De quoi lui donner de nouvelles raisons de briller encore sur ce début de Tour.