Football : Conséquence du Covid-19, la règle des cinq remplacements par équipe « validée définitivement »

COACHING Le principe des cinq changements avait été introduit à la suite de l’épidémie de Covid-19. Il a été « validé définitivement » par l’International Board, ce lundi à Doha, au Qatar

N.S. avec AFP
— 
Les entraîneurs vont pouvoir continuer à changer près de la moitié de leur équipe au cours de chaque match.
Les entraîneurs vont pouvoir continuer à changer près de la moitié de leur équipe au cours de chaque match. — Franck Fife / AFP

Le principe de cinq changements par équipe et par match « de haut niveau » au lieu de trois, introduit à la suite de la pandémie de Covid, a été « validé définitivement » par l'International Board (Ifab), garant des lois du football, lundi à Doha, au Qatar. Les membres de l’Ifab ont également « décidé d’augmenter le nombre maximum de remplaçants sur la feuille de match de 12 à 15 à la discrétion des organisateurs des compétitions ». En octobre 2021, le gardien des lois du jeu avait laissé le choix à chaque compétition d’adopter les cinq changements par match ou non.


Cet amendement à la « loi 3 » du football, prévoyant d’ordinaire un maximum de trois remplacements par match, avait été décidé en mai 2020 par l’Ifab et devait courir jusqu’à fin 2021 pour les compétitions de clubs et jusqu’au 31 juillet 2022 pour les rencontres internationales. La mesure avait été prolongée jusqu'au 31 décembre 2022 après une « analyse globale de l’impact actuel du Covid-19 sur le football ». Toutes les compétitions n’avaient pas opté pour une augmentation du nombre de remplaçants, la Premier League étant la réfractaire la plus notable.

La détection semi-automatique des hors-jeu sur les rails

Par ailleurs, l’évaluation de la détection semi-automatique des hors-jeu, que la Fifa envisage d’utiliser pendant la Coupe du monde au Qatar du 21 novembre au 18 décembre, « continue » et « est jusque-là très satisfaisante », a précisé son président Gianni Infantino, au terme de la 136e assemblée générale annuelle de l’Ifab.

« Nos experts vont analyser cela avant de décider si nous l’utilisons à la Coupe du monde ou non », a ajouté Infantino, alors que Pierluigi Collina, président de la Commission des arbitres de la Fifa, s’est dit « confiant » quant à son usage pendant le tournoi.

La technologie semi-automatique promue par la Fifa doit permettre d’accélérer la prise de décision. Elle s’appuie sur les caméras qui servent à la retransmission télévisée ainsi que sur des caméras spécifiques, et donne la position exacte des joueurs sur le terrain, offrant aux arbitres des informations précises en quelques secondes.