Coupe Davis : « C’est juste génial ! »… Les Bleus retrouvent la vraie ambiance de la compétition

TENNIS L’équipe de France mène 2 à 0 face à l’Equateur après la première journée de ce barrage de la Coupe Davis

Clément Carpentier
Le Palais des Sports de Pau lors du barrage de la Coupe Davis.
Le Palais des Sports de Pau lors du barrage de la Coupe Davis. — Clément Carpentier / 20 Minutes
  • La France a remporté les deux premiers simples face à l’Equateur en barrage de la Coupe Davis à Pau.
  • Les supporteurs des Bleus ont retrouvé avec bonheur leurs joueurs après trois ans de disette.

Ils n’étaient que 2.600 dans les gradins d’un Palais de Sports de Pau un peu parsemé ce vendredi après-midi… mais pas un ne vous dira qu’il n’a pas pris de plaisir. Pas même les deux-trois supporteurs Equatoriens croisés, malgré les défaites de leurs joueurs face aux Français lors de cette première journée du barrage de la Coupe Davis. L’important était ailleurs. Celle de retrouver la vraie ambiance de cette compétition historique. « Franchement, c’est juste un immense bonheur d’être là », lance Thierry avec son maillot de football de l’Euro 2000. Et il n’est pas le seul à avoir ressorti les couleurs de la patrie.

On a un peu retrouvé l'ambiance Coupe Davis à Pau.
On a un peu retrouvé l'ambiance Coupe Davis à Pau. - Clément Carpentier / 20 Minutes

Il faut dire que la dernière fois, c’était il y a plus de trois ans en novembre 2018.

« On attendait ça avec une telle impatience, avoue Véronique en bleu, blanc, rouge de la tête aux pieds. Même si ce n’est pas encore idéal, c’est déjà mieux. On voit du tennis, on voit l’équipe de France. En plus, là on est un peu en version historique de la Coupe Davis et qui nous plaisait beaucoup plus. »

Avec sa sœur Isabelle et sa copine Anne, elle suit les Bleus depuis plus de dix ans au sein de l’Aseft (le club des supporteurs des équipes de France de Tennis Coupe de Davis et de Fed Cup). Et pour le dire poliment, elles n’aiment pas beaucoup Gérard Piqué et sa société Kosmos, les nouveaux propriétaires.

Les supporters des Bleus au Palais des Sports de Pau.
Les supporters des Bleus au Palais des Sports de Pau. - Clément Carpentier / 20 Minutes

« Vous avez vu l’ambiance par rapport à ce qu’on voit depuis 2019 ? »

« On est tellement triste de voir ce qu’est devenue la Coupe Davis. C’est vraiment dommage. C’est d’autant plus dommage que même leur nouveau format, ils sont en train de l’adapter et ils reviennent de plus en plus vers ce qui se faisait avant. Donc avoir détruit un truc qui marchait pour un truc très moche comme ça, c’est dommage », s’agace Isabelle. Pour Anne, c’est « très énervant de voir que c’est l’argent et les intérêts qui ont primé » dans cette histoire. Précisément, un chèque de trois milliards d’euros pour s’offrir la Coupe Davis pour les 25 prochaines années. D’ailleurs, comme d’autres compétitions sportives aujourd’hui, on dit la Coupe Davis by Rakuten, du nom de la marque japonaise.


« Moi, ça me dépite, surenchérit Thomas à peine 18 ans. Vous avez vu l’ambiance par rapport à ce qu’on voit depuis 2019 ? Il y a dix mondes d’écart ! Et pourtant, ce n’est pas la rencontre du siècle face à l’Equateur et sans les grands noms du tennis français à part peut-être Mannarino. Malgré tout, on a vu deux beaux matchs et la différence de classement ne s’est pas fait tant sentir que ça car c’est la vraie Coupe Davis, ça sublime. » Le numéro 1 français a même dû batailler trois sets face au 381e mondial. Oui car il ne faut pas pousser le bouchon trop loin, si ce barrage se dispute sur deux jours aux meilleurs des cinq matchs, le retour des rencontres en cinq sets ce n’est pas pour demain.

Un moment toujours à part pour les joueurs

Mais comme dirait Jean-Luc, venu de Limoges pour voir ce France-Equateur, « on ne va pas trop en demander ». « L’ambiance est là. On est super content et je pense que les joueurs aussi. Ils nous regardent et c’est sûrement important pour eux qu’on soit là », insiste Isabelle. Alors justement les principaux intéressés ils en pensent quoi ?

« C’était juste génial. Moi, j’ai adoré. C’est tout ce que j’aime. Quand tu vois les drapeaux, tous les gens habillés en bleu, blanc et rouge, c’est vraiment incroyable. Encore une fois je n’ai pas joué mon meilleur tennis, ce n’était pas parfait. Mais une telle ambiance, ça te donne envie de tout donner », résume Arthur Rinderknech.

Adrian Mannarino en a déjà vécu quelques autres mais « ça reste particulier car il y a beaucoup de bruits dans les tribunes, au niveau de la concentration ce n’est pas toujours facile à gérer d’autant plus qu’on a tellement envie de bien faire ». Cette pression, Sébastien Grosjean l’a peut-être un peu moins ressenti depuis sa chaise lui qui ne « voit que du positif » là-dedans et qui avoue : « Cette ambiance, on l’aime ! » Personne ne viendra le contredire.