FC Barcelone : Le président Laporta égratigne Ousmane Dembélé, bien parti pour finir la saison au placard

FOOTBALL Le président Joan Laporta a évoqué la situation de l’attaquant français, qui n’a finalement pas quitté le Barça au mercato

N.S.
Ousmane Dembélé à l'entraînement avec le FC Barcelone, le 22 janvier 2022.
Ousmane Dembélé à l'entraînement avec le FC Barcelone, le 22 janvier 2022. — Lluis Gene / AFP

Il a été question de Chelsea et de Tottenham jusque dans les derniers instants du mercato, lundi soir. Finalement,  Ousmane Dembélé, un temps annoncé aussi du côté du PSG, est resté un joueur du FC Barcelone. Au grand dam des dirigeants catalans, furieux à l’idée de voir partir libre cet été  un joueur débarqué pour 145 millions d’euros à Dortmund en 2017, sous la présidence de Josep Maria Bartomeu.

La direction actuelle du Barça a donné une conférence de presse ce mardi matin, pour évoquer les « conduites délictuelles gravissimes » de sa devancière, ce qui a conduit à l’ouverture d’une enquête judiciaire. L’actuel président Joan Laporta a notamment épinglé des « paiements sans objet », « des paiements avec un objet fallacieux » et des « paiements disproportionnés ». Nul doute que le recrutement de Dembélé, comme celui d’Antoine Griezmann en 2019, rentre selon lui dans ce dernier cadre.

« Il n’a voulu accepter aucune des propositions que nous lui avons faites », a lancé Laporta, relayé par le quotidien Sport au sujet des prolongations de contrat offertes à l’ailier international de 24 ans, champion du monde 2018. « Ce n’est bon ni pour lui ni pour le club », a-t-il poursuivi en expliquant que ce nouveau contrat aurait « donné de la marge salariale » aux Blaugrana, dans une situation financière très compliquée.

Déjà un accord avec un autre club ?

« Nous pensons qu’il a un accord avec un autre club et nous agirons dans notre propre intérêt », a aussi lâché Laporta. En attendant de rejoindre d’autres cieux cet été, avec une sympathique prime à la signature au passage, Dembélé pourrait bien avoir beaucoup de temps libre, si on lit les propos de son président entre les lignes.