JO 2022 : La Chine prie les Etats-Unis de « cesser de perturber » ses Jeux olympiques

OLYMPISME Le pays de l’oncle Sam a annoncé un « boycott diplomatique » des JO de Pékin, comme plusieurs autres pays occidentaux

J.L. avec AFP
— 
Les alentours du village olympique de Pékin.
Les alentours du village olympique de Pékin. — JADE GAO / AFP

Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a exhorté jeudi les Etats-Unis à « cesser de perturber » les JO d’hiver de Pékin, lors d’un appel avec son homologue américain, Antony Blinken. La Chine organisera du 4 au 20 février des Jeux olympiques où elle espère montrer son aptitude à organiser un grand événement en pleine pandémie et les progrès de ses athlètes dans les sports d’hiver.

Mais la pression occidentale, notamment américaine, s’est accentuée ces derniers mois sur la Chine, accusée de violer les droits de la minorité ethnique chinoise des Ouïghours dans le cadre de sa lutte antiterroriste. Les Etats-Unis ont ainsi notamment annoncé un « boycott diplomatique » des JO de Pékin, c’est-à-dire qu’ils n’enverront pas, en tout cas pas officiellement, de représentants diplomatiques à l’événement.

Washington a convaincu plusieurs alliés occidentaux d’en faire de même. « La priorité absolue à l’heure actuelle est que les Etats-Unis cessent de perturber les Jeux olympiques d’hiver de Pékin », a donc indiqué jeudi Wang Yi à Antony Blinken, selon un communiqué du ministère chinois des Affaires étrangères.

Pékin voit d’un mauvais œil le renforcement des liens entre les Etats-Unis et Taïwan

Le responsable chinois a également appelé Washington à « cesser de jouer avec le feu » sur la question de Taïwan ou de « créer toutes sortes de petites factions pour s’opposer à la Chine ». La Chine voit d’un mauvais œil le renforcement des liens entre les Etats-Unis et Taïwan. Les avions chinois ont multiplié ces derniers mois les incursions aériennes dans la zone d’identification de défense de l’île. Le président américain, Joe Biden, et le Premier ministre japonais, Fumio Kishida, se sont engagés la semaine dernière à contrer les ambitions de Pékin en Asie-Pacifique.

Le locataire de la Maison-Blanche devrait par ailleurs se rendre au Japon à la fin du printemps, une visite qui sera l’occasion d’un sommet du « Quad » – une alliance qui réunit l’Australie, l’Inde, le Japon et les Etats-Unis et ne cache pas sa volonté de contrer la Chine. L’Otan, en théorie concentrée sur la défense de l’Europe, a également fait part de sa volonté de considérer la Chine comme une nouvelle priorité.