Stade Rennais-Bordeaux : Le bateau girondin coule mais Petkovic « ne lâche jamais »

FOOTBALL Déjà en crise, avec six joueurs mis au placard cette semaine, les Girondins de Bordeaux ont été humiliés ce dimanche après-midi sur la pelouse de Rennes (6-0)

Jérôme Gicquel
— 
Les joueurs de Vladimir Petkovic ont été humilés ce dimanche sur la pelouse du Stade Rennais.
Les joueurs de Vladimir Petkovic ont été humilés ce dimanche sur la pelouse du Stade Rennais. — JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
  • Pathétiques, les Girondins de Bordeaux ont reçu une véritable correction ce dimanche sur la pelouse du Stade Rennais.
  • Après la mise au placard de six joueurs cette semaine, les Girondins s’enfoncent encore plus dans la crise.
  • Sur la sellette, l’entraîneur bordelais Vladimir Petkovic indique qu’il est « un combattant » et qu’il « ne lâche jamais ».

Au Roazhon Park,

Ils ont bu le calice jusqu’à la lie. En pleine crise, les Girondins de Bordeaux ont vécu une semaine bien pourrie, à l’image de leur saison jusqu’à présent. Cela avait démarré fort au Haillan avec la mise au placard de six joueurs,  dont le capitaine Laurent Koscielny. Et le calvaire s’est poursuivi ce dimanche après-midi sur la pelouse du Roazhon Park où les hommes de Vladimir Petkovic ont été  humiliés par le Stade Rennais (6-0).



Comme souvent, l’équipe bordelaise a été apathique et la défense, la pire du championnat avec 50 buts encaissés, aux abois. A l’issue de cette correction, l’ancien sélectionneur de la Nati a refusé d’accabler ses joueurs, assumant « toutes les responsabilités ». « Je n’ai pas réussi à pousser suffisamment les joueurs, à les aider à se libérer de la peur, a-t-il indiqué. Et quand on a peur, on peut difficilement jouer au football ».

Réduits à dix juste au retour des vestiaires

Dès l’entame du match, les Girondins ont été pris à la gorge par des Rennais revanchards qui se sont créé plusieurs occasions avant que Martin Terrier ne trouve l’ouverture à la demi-heure de jeu. Les joueurs de Bruno Genesio ont ensuite fait le break juste avant la mi-temps sur un magnifique coup franc direct de Bourigeaud avant que les Girondins, réduits à dix avec l’expulsion d’Issouf Cissokho, ne s’effondrent totalement en seconde.

« Après le 2-0, on a commis des erreurs faciles et on a eu peur d’être sur le terrain, a-t-il regretté. Cela ne doit plus arriver ». Interrogé en conférence d’après-match pour savoir s’il se sentait menacé après cette nouvelle désillusion, Vladimir Petkovic a botté en touche. « Je suis un combattant, a-t-il assuré. Je suis un lion, c’est mon signe astrologique, et je ne lâche jamais ».

« Si on continue comme ça, on fonce tout droit en Ligue 2 »

Il va en tout cas lui en falloir du courage pour remettre son équipe à l’endroit tant la prestation a été catastrophique ce dimanche. « Il va d’abord falloir retrouver du calme, c’est indispensable », a estimé le coach des Girondins, engagés plus que jamais dans la lutte contre le maintien. « Nous devons aborder les matchs de manière plus combattante, avec l’envie de gagner à tout prix », a-t-il poursuivi.



On aurait d’ailleurs aimé parler de cette « envie » avec les joueurs bordelais mais aucun d’entre eux ne s’est arrêté en zone mixte. Interrogé à l’issue de la rencontre par les équipes d’Amazon, Enock Kwateng a toutefois confié sa honte après la prestation indigne de son équipe. « Si on continue comme ça, c’est clair qu’on fonce tout droit en Ligue 2 ! », a-t-il lâché.