Reprise du FC Nantes : C’est quoi le nouveau projet présenté par À la nantaise, et pourquoi a-t-il déjà du plomb dans l’aile ?

FC NANTES Ce lundi, l’association A la nantaise, qui milite pour une reprise du FC Nantes par un actionnariat populaire, a présenté son envie d’un nouveau projet économique autour du club. Une idée qui a déjà du plomb dans l’aile

Pierre-Alexandre Aubry
— 
A droite, Jean-Pierre Clavier, vice-président d'A la nantaise.
A droite, Jean-Pierre Clavier, vice-président d'A la nantaise. — P-A. Aubry/20 Minutes
  • L’association A la nantaise a présenté, ce lundi, le modèle juridique qu’elle souhaiterait mettre en place au FC Nantes.
  • Dans la foulée, plusieurs associations de supporteurs se sont désolidarisées d’A la nantaise.
  • Une présentation qui intervient dans le contexte d’une volonté affichée de reprise du club par le Collectif nantais, représenté par Mickaël Landreau.

Le FC Nantes n’est pas (encore) à vendre. Et pourtant, l’association A la Nantaise se projette de nouveau. Après avoir lancé un actionnariat populaire il y a environ dix ans, et collecté 100 € auprès d’environ 500 amoureux du club Jaune et Vert, l’association a présenté son projet pour l’avenir du club. Celui d’une SCIC : une société coopérative d’intérêt collectif. Un modèle juridique qui permettrait de fédérer l’ensemble des acteurs si une reprise du club se faisait. L’objectif : intégrer au conseil d’administration du club plusieurs collèges : les supporteurs, des entreprises régionales, ainsi qu’un actionnaire de référence.

Cette présentation d’A la nantaise intervient alors même que le Collectif nantais et Mickaël Landreau ambitionnent de reprendre les rênes du FC Nantes, après Waldemar Kita, l’actuel président du club. Deux SAS (sociétés par actions simplifiées) se sont donc constituées pour créer un capital nouveau autour du FCN. Canaris en action (SAS d’A la nantaise) et la SAS du Collectif nantais. De quoi s’y perdre. « Notre ambition, c’est de faire que tous les acteurs puissent se parler et unir leurs forces. Nous ne voulons ni diviser, ni exclure, avec cette initiative. Le mot collectif est une évidence sur les terres du FCN », lance Jean-Pierre Clavier, vice-président d’A la nantaise, qui entend « jouer collectif ». Mais aucun représentant du Collectif nantais n’était présent lors de cette conférence de presse. Comme si les deux projets avançaient l’un sans l’autre. Avec un risque de confusion chez les supporteurs ? La question est posée à Jean-Pierre Clavier : « Vraisemblablement. Mais ce n’est pas un projet concurrent. Il faut expliquer qu’on ne souhaite pas instrumentaliser les supporteurs. »

Les supporteurs demandent à être remboursés

Pour autant, ces derniers ont très rapidement fait un choix, mettant du plomb dans l’aile du projet d’A la nantaise. Sept associations* ont immédiatement choisi de se désolidariser d’A la nantaise, au travers d’un communiqué : « Au moment où la quasi-totalité des associations de supporteurs du FCN n’a jamais été aussi proche d’un projet d’avenir vertueux, cette initiative apparaît au mieux comme un acte individualiste, au pire comme un acte de récupération politique et de défiance », écrivent-elles, dénonçant « une entreprise solitaire » d’A la nantaise. Les supporteurs qui avaient participé à l’actionnariat populaire d’A la nantaise par le passé demandent à être remboursés.

Des supporteurs qui ne suivent plus, et une métropole nantaise qui prend du recul. Ali Rebouh, vice-président de Nantes métropole en charge des sports, a expliqué qu’il était « d’abord dans une posture d’écoute » par rapport au projet de SCIC d’A la nantaise. « Sur la SCIC, j’ai encore du mal, dans un paysage où on parle de millions d’euros dans le foot pro, on a trop l’impression que c’est marqué économie sociale et solidaire. Ce modèle n’a servi que sur des situations dramatiques, comme Tours ou Bastia. J’ai encore quelques réserves vis-à-vis de ce modèle économique, dans le contexte actuel. » A la nantaise veut la jouer collectif. Un mélange des genres qui ne plaît pas aux supporteurs. Ces derniers ont choisi leur camp, reléguant l’association sur le banc de touche d’une éventuelle reprise.

* Allez Nantes Canaris, Activ Nantes Supports, Brigade Loire, Esprit Canari, La Maison Jaune, Les Ch’tis Canaris, Naonediz Da Viken