France-Kazakhstan : Benzema disponible, Deschamps hésite entre Coman et Pavard

FOOTBALL Le sélectionneur des Bleus a donné quelques indications en conférence de presse à la veille du match décisif pour la qualication en Coupe du monde

Julien Laloye
— 
Karim Benzema à Clairefontaine, le 10 novembre 2021.
Karim Benzema à Clairefontaine, le 10 novembre 2021. — FRANCK FIFE / AFP

L’avant-centre Karim Benzema, ménagé toute la semaine, n’a « pas de souci » et « sera disponible » contre le Kazakhstan samedi avec les Bleus en qualifications pour le Mondial-2022, a affirmé vendredi le sélectionneur Didier Deschamps.

Benzema s’est géré pour être présent

L’attaquant du Real Madrid traînait « un petit souci qu’il avait sur les deux derniers matchs » en club, mais depuis son arrivée lundi à Clairefontaine « il a fait des séances (individuelles), de très bonnes », a déclaré le technicien en conférence de presse. « Le fait d’avoir le match samedi nous permettait de ne prendre aucun risque, il a assez d’expérience pour pouvoir se gérer. Aujourd’hui, il n’y a pas de souci, il participera à séance (d’entraînement vendredi soir, ndlr) et sera disponible pour le match », a-t-il ajouté.

La seule incertitude du onze de départ a trait à l’adversaire, plus faiblard que la moyenne. DD va-t-il reconduire Pavard malgré ses difficultés en piston droit, ou tenter le pari plus audacieux de Kingsley Coman ? Le sélectionneur a d’abord défendu le Bavarois, qui a exprimé sa frustration cette semaine d’être aligné à un poste qui n’est pas le sien via « son entourage » dans l’Equipe.

« Coman est une option dans les couloirs »

« Quand je l’appelle, vous avez une réponse. Entre jouer latéral droit à quatre ou être piston dans une défense à trois, c’est parfois le même rôle. L’idéal c’est d’avoir un joueur qui défend quand on n’a pas le ballon et qui apporte offensivement. C’est pareil dans les deux schémas. Dans une défense à trois, il y a moins d’appui devant soi. Benjamin sait qu’il n’est pas dans la meilleure période de sa carrière, et je n’oublie pas ce qu’il a fait. Il n’y a pas de souci sur sa capacité à jouer à ce poste. »

Jouer, non, mais bien jouer, c’est autre chose. Pour cette fois, on aimerait bien voir Coman s’ébrouer sur le côté droit, face à une équipe qui va passer son temps dans sa surface. Une réelle possibilité, a reconnu Deschamps : « Coman est une option dans les couloirs mais pas que sur ce match-là. C’est une option pour le départ ou en cours de match. Cela dépend de si on a le ballon ou pas. Cela demande des aménagements défensifs sur la couverture des zones. Cela peut être une option ».