Equipe de France : Pour Guy Stéphan, la Ligue des nations a « indiscutablement » permis de digérer l’Euro

FOOTBALL L’adjoint de Didier Deschamps souligne que ce succès « amène du crédit » à la manière dont le staff a su faire face à l’échec de l’Euro

N.C. avec AFP
— 
Guy Stéphan avec Didier Deschamps à Clairefontaine, le 8 novembre 2021.
Guy Stéphan avec Didier Deschamps à Clairefontaine, le 8 novembre 2021. — CHRISTOPHE SAIDI/SIPA

Les Bleus sont bel et bien repartis sur de nouvelles bases. Après l’accident industriel de l'Euro, où l'équipe de France avait été sortie dès les 8es de finale par la Suisse, la Ligue des nations a « indiscutablement » remis les pendules à l’heure, estime Guy Stéphan dans un entretien à l’AFP. « On a joué contre des équipes parmi les meilleures d’Europe, particulièrement motivées pour gagner la Ligue des nations et nous battre. Et on a réussi à surmonter cela. Ça amène du crédit au débrief qu’on a pu faire à la suite de l’Euro », note l’adjoint de Didier Deschamps.

Il rappelle que les échecs font partie de la vie des sélections, même des mieux armées. « C’est extrêmement difficile pour une équipe nationale de traverser les compétitions avec succès. Il y a eu l’Espagne en 2008, 2010 et 2012 qui était exceptionnelle. Sinon il faudrait remonter dans le temps avec le Brésil, Regardez l’Allemagne, championne du monde en 2014… Et en 2018, ils ont explosé en étant éliminés dès le premier tour. »

Le jeu des Bleus « attractif »

Aujourd’hui « loin de tout ça », les Bleus sont tournés vers la Coupe du monde. Une victoire face au Kazakhstan samedi ou à la Finlande mardi leur suffit pour valider leur billet pour le Qatar. Ces matchs, comme ceux à venir, doivent également permettre de confirmer les promesses dans le jeu observées lors des succès face à la Belgique et à l’Espagne, dans un système à trois défenseurs parti pour durer. « Par ce changement de système, avec trois défenseurs centraux et des joueurs de couloir, l’idée était de mettre dans les meilleures conditions nos trois joueurs offensifs [Griezmann, Mbappé, Benzema]. Il se trouve que c’est plutôt une réussite. »

« Ça a amené une autre lecture sur l’équipe de France et son jeu, qui a été attractif, dit-il enfin. A l’Euro, in fine on est éliminés, mais on a fini premiers de notre poule devant l’Allemagne et le Portugal. Quelquefois, il y a une lecture de l’instant. Nous, on essaye de prendre un peu plus de recul. »