Nîmes : « Pekko Bratveit était un peu le frère de Jésus-Christ ». La punchline du jour pour l’entraîneur des Crocos

BIBLIQUE Poiur l'entraîneur nîmois, pas de doute, son gardien a été touché ar la grâce

Jérôme Diesnis
— 
Pekko Bratveit a réalisé un match exceptionnel à Sochaux (archives).
Pekko Bratveit a réalisé un match exceptionnel à Sochaux (archives). — Adil Benayache/SIPA

Mal en point en Ligue 2 après une série de résultats défavorables, le Nîmes Olympique a emporté un succès précieux à Sochaux (1-0), candidat à l’accession en Ligue 1.

A l’issue de la rencontre, Pascal Planque, l’entraîneur des Crocos, a surtout relevé la performance de son gardien, auteur d’un match incroyable autant par son talent que par les montants qui l’ont sauvé.

« Ce n’était même pas des arrêts, c’était des sauvetages »

« Il a fait des sauvetages, je ne peux même pas parler d’arrêts, a salué l’entraîneur, dithyrambique sur la prestation du footballeur norvégien de 25 ans, arrivé dans le Gard à l’intersaison. Je pense que ce soir, c’était un peu le frère de Jésus-Christ, tous les ballons lui tombaient dessus ou si ça ne lui tombait pas dessus, c’est le poteau qui sortait le ballon. Il y a des jours comme ça ! »

Grâce à ce succès miraculeux, Nîmes, relégué de Ligue 1 la saison passée, s’éloigne un peu de la zone rouge.