OM – PSG : Pour Hatem Ben Arfa, Marseille « a manqué son match »

FOOTBALL L’ancien international, passé par les deux clubs, juge sévèrement le contenu du match olympique dans « L’Equipe »

J.L.
— 
Ligue 1 : Le debrief express d'OM - PSG (0-0) — 20 Minutes

C’est une remarque qui a souvent accompagné nos pensées au sujet d’Hatem Ben Arfa, toujours sans club trois mois après la reprise de la L1. L’ancien international est un joueur remarquablement intéressant quand il parle de foot, et ce, depuis son époque lyonnaise, ce qui rend d’autant plus regrettable une carrière décevante et un comportement pas toujours en adéquation avec son talent.

L’OM trop frileux pour Hatem

Interrogé par L’Equipe pour un débrief de ce « classique », Ben Arfa, passé par les deux clubs, ne s’est pas contenté d’une analyse superficielle. Il a même pointé du doigt l'attentisme des joueurs marseillais, un soir ou une première victoire au Vélodrome contre le PSG depuis 2011 semblait enfin possible.

« Je n’ai pas retrouvé le Marseille des matchs précédents dans les ambitions, comme s’ils avaient peur des contres parisiens. Ce n’était pas l’OM qui m’a fait kiffer depuis le début de la saison. Après l’expulsion d’Hakimi, le PSG a renoncé à la possession. A dix ou à onze, pourtant, une équipe comme Paris, ça ne change pas grand-chose quand elle a le ballon. Mais Marseille n’a pas pris son destin en main. L’OM a abordé le match davantage en mode victime que conquérant. Et même à onze contre dix, ils ne l’ont pas été davantage. On ne sentait pas un danger véritable. Je trouve que l’OM a manqué son match. D’habitude les matchs de l’OM sont beaux à voir. Pas ce soir. On dirait que l’OM a renié son état d’esprit. »

Pas mieux de notre côté. Après avoir bien résisté en première mi-temps, Marseille n’a pas assez profité de l'expulsion d'Hakimi​ en tout début de seconde période, ne se procurant qu’une véritable occasion en supériorité numérique. Bien sûr, il y avait la vitesse de Kylian Mbappé en face, mais vu la forme de Neymar et la sous-utilisation de Messi côté droit, le champion du monde tricolore était bien le seul danger parisien à surveiller de près. Bref, il y avait peut-être mieux à faire, comme le suggère Hatem Ben Arfa.