Jeux paralympiques 2021 : La France visera 60 médailles en 2024 à Paris

BILAN Après avoir collecté 54 médailles à Tokyo, le Comité paralympique et sportif français (CPSF) se projette déjà sur les prochains Jeux à la maison

N.C. avec AFP
— 
Le drapeau français dans le stade olympique de Tokyo lors de la cérémonie de clôture des Jeux paralympiques 2021.
Le drapeau français dans le stade olympique de Tokyo lors de la cérémonie de clôture des Jeux paralympiques 2021. — Eugene Hoshiko/AP/SIPA

L’objectif sera de 60 médailles pour France aux les Jeux paralympiques de  Paris-2024 à domicile, s’est projeté dimanche le Comité paralympique et sportif français (CPSF) au moment de faire le bilan de Tokyo où l'équipe de France a collectionné 54 médailles.

« On a tous très hâte d’être dans trois ans à Paris, ça va être compliqué de continuer à dire qu’on ambitionne 35 médailles. On va sans doute fixer un cap autour des 60 », a dessiné le chef de mission de la délégation française et directeur des sports du CPSF Jean Minier en conférence de presse dimanche.

L’objectif, reconnu « prudent » de 35 podiums, fixé avant les Jeux, avait été désigné en raison des incertitudes causées par la situation sanitaire qui a annulé et reporté beaucoup de compétitions, et empêché aussi certains sportifs de participer.

« Beaucoup plus de médailles d’or »

« Ce cap il avait été fixé parce qu’à Rio, l’équipe de France était revenue avec 28 médailles, il y en avait eu un peu plus, 42, à Londres, a détaillé Jean Minier. Donc on avait fixé un nombre entre les deux avec l'Agence nationale du sport par manque de visibilité sur l’adversité car il y a eu très peu de rencontres internationales qui se sont tenues durant la pandémie. »

Deux dernières médailles en badminton ont garni le tableau français dimanche, une d’argent obtenue en double mixte par Faustine Noël et Lucas Mazur, ainsi qu’une d’or décrochée par ce dernier en simple. La onzième seulement pour l’équipe de France qui figure au 14e rang du tableau final, derrière des délégations plus pauvres en médailles mais mieux loties en titres. « Il faudrait faire beaucoup plus de médailles d’or pour être présent au classement des nations car tout se joue sur l’or », a reconnu Jean Minier.